Économie

La Cour des Comptes pointe les dysfonctionnements de la complémentaire santé

La Cour des Comptes pointe les dysfonctionnements de la complémentaire santé

Un récent rapport de la Cour des comptes critique le fonctionnement actuel des assureurs complémentaires santé.

Un récent rapport de la Cour des comptes critique le fonctionnement actuel des assureurs complémentaires santé. Si la Cour des comptes (CDC) salue la mutualisation très élevée des dépenses de santé grâce à l’imbrication étroite entre l’assurance maladie obligatoire et la complémentaire santé, elle regrette la mise en place des contrats responsables qui poussent aux dépassements d’honoraires et qui plafonnent les remboursement de l’optique. La CDC redoute également que l’équilibre financier de la réforme conduise à une augmentation des cotisations. Pour la Cour des comptes, le système appliqué demeure coûteux et inégalitaire. La Cour regrette la disparition du fonds complémentaire santé solidaire (CSS) décidée par l’exécutif. Il permettait à la fois de centraliser les montants liés à la taxe de solidarité additionnelle (TSA) et ainsi d’avoir une vision d’ensemble exhaustive du marché des assureurs complémentaires santé. Cette disparition risque de faciliter l’évasion de la taxe si la surveillance que cet organisme exerçait sur les assurances complémentaires n’est pas relayée par les Urssaf, qui prendront la suite de cette mission. Pour faire évoluer le système de santé, la Cour des comptes propose trois scénarii : tout d’abord la mise en place d’un bouclier sanitaire plafonnant le reste à charge ; le second est la redéfinition des rôles de l’assurance maladie obligatoire et de la complémentaire, faisant passer les assurances santé privés de complémentaire à supplémentaire santé. Le troisième scénario est une régulation accrue des complémentaires santé pour notamment faciliter la comparaison entre les contrats et rendre visible le poids des frais de gestion.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :