Stratégie

Transition économique : le Crédit Agricole Guadeloupe se prépare à un saut quantique !

Transition économique : le Crédit Agricole Guadeloupe se prépare à un saut quantique !

En faisant venir Gunter Poli, la banque verte veut changer de paradigme.

Si la Guadeloupe ne se développe pas, l’avenir du Crédit Agricole de Guadeloupe, qui est une banque de Guadeloupe et non pas une banque en Guadeloupe, sera compliqué !” : pour Benoît Leduc, directeur régional de cette banque guadeloupéenne de plein exercice, après le projet d’entreprise lancé en 2017 pour améliorer sensiblement les ratios, il faut maintenant sortir des sentiers battus pour se projeter dans les dix années à venir. “Quand nous écoutons les nouvelles générations, nous sentons que les choses bougent. Des idées différentes émergent : le développement durable, la protection de la planète, la citoyenneté mondiale, l’innovation… Nos organisations ne savent pas forcément accompagner ce genre de projets. Le conseil d’administration, avec le comité de direction et le conseil, nous nous sommes mis à réfléchir sur comment le Crédit Agricole de Guadeloupe peut contribuer à l’économie bleue, voire à l’économie verte”, confirme Laurent Noireau, directeur adjoint de la banque, passionné depuis 15 ans par les idées de Gunter Pauli. C’est lui qui est à l’origine de sa venue en Guadeloupe.

 

Ouvrir les chakras !

Lors de sa conférence devant plus de 600 personnes, Gunter Pauli a fait la démonstration qu’il est possible de concilier business, développement économique, emploi et préservation écologique de la planète. “Son message était décoiffant, porté par son franc-parler : ça ouvre les chakras !” reconnaît Benoît Leduc, bien décidé à ne rien laisser perdre et à dépasser les lignes. Des décisions ont été prises : “Nous avons compris que les sargasses peuvent être un élément positif : nous travaillerons avec les scientifiques pour déployer des solutions afin de nettoyer la mer des microplastiques, ce qui changera la donne touristique ! Nous avons également eu la démonstration que les sargasses peuvent servir à produire de l’énergie”, explique-t-il.

 

Produire de l’énergie avec des cerfs-volants

La banque s’intéresse également à la technologie des cerfs-volants capables de créer de l’énergie : “Gunter Pauli nous a fait la démonstration qu’avec un yoyo, un cerf-volant et de l’intelligence artificielle, nous pouvons créer de l’énergie éolienne permanente. Le cerf-volant peut être déployé jusqu’à 800 m d’altitude, donc bénéficier d’un vent plus fort, qui peut créer de l’énergie très bon marché estimée à 4 centimes d’euro le kilowatt, pour être injectée dans le réseau, voire pour servir à créer de l’hydrogène vert. Cette carte peut être jouée dans le plan d’autonomie énergétique de la Guadeloupe : nous allons investiguer”, explique Laurent Noireau.

Le Crédit Agricole de Guadeloupe s’intéresse également à la technologie du Li-Fi qui peut concurrencer avantageusement le Wi-Fi : “Nous voulons savoir comment cela fonctionne exactement et, ainsi, que le Crédit Agricole de Guadeloupe soit la première entreprise dotée du Li-Fi en Guadeloupe !

Des contacts suivis ont également été pris avec les quelques éleveurs de mélipones. Le mélipone est petite abeille rousse au miel thérapeutique. La variété indigène à la Guadeloupe a la caractéristique de ne pas piquer et de produire un miel qui permet, entre autres, de soigner les maladies des yeux. En voie d’extinction, cette abeille vient juste de bénéficier d’un décret de protection. Il s’agit encore d’accompagner la culture de champignons sur la bagasse alors que cette matière est aujourd’hui détruite.

 

Faire un saut quantique

Autour de ce sujet sur l’économie bleue, nous avons pris conscience de la richesse des projets : nous nous mettons dans une logique de réseau pour accueillir ces nouveaux clients, imaginer des manières de les accompagner, sans doute avec l’appui de la structure de Gunter Pauli”, déclarent les deux directeurs.

Pour que la dynamique et l’enthousiasme autour de l’économie bleue infusent dans la banque, outre d’avoir invité les collaborateurs à assister à la conférence, après débriefing, une feuille de route sera établie pour asseoir la stratégie de la banque dans ce domaine. Elle sera confiée à un animateur et un appel à formations sera lancé auprès des collaborateurs pour développer les compétences du réseau sur ces sujets. “Nous devrions faire des annonces importantes dans les prochains mois”, annonce Benoît Leduc.

Partager cet article :
«

Suggestion d'articles :