Transport

Un Passeport vert pour les navires

Un Passeport vert pour les navires

D’ici à fin 2020, les navires sous pavillon européen ou faisant escale dans un port de l’Union, dont aux Antilles-Guyane françaises, devront justifier d’un inventaire des substances dangereuses (ISD) ou d’un passeport vert.

D’ici à fin 2020, les navires sous pavillon européen ou faisant escale dans un port de l’Union, dont aux Antilles-Guyane françaises, devront justifier d’un inventaire des substances dangereuses (ISD) ou d’un passeport vert. Ce dispositif voulu par l’Organisation Maritime Internationale a comme objectif d’anticiper le démantèlement des navires en fin de vie, selon les polluants identifiés : amiante, plomb, PBB, PCB, CFC, PCT, TBT, métaux lourds. L’inventaire concerne aussi les équipements portuaires tels que les grues, les réservoirs, les machineries, etc. en vue des interventions futures de réparation, modernisation ou démantèlement. L’objectif est de prendre en compte la santé des ouvriers et la protection de l’environnement. Les armateurs seront en outre informés lors de l’achat de navires d’occasion et les démanteleurs pourront anticiper les techniques de dépollution ainsi que leur coût. Ils pourront évaluer le potentiel valorisable. Les informations contenues dans le passeport vert auront une incidence sur les prix de rachat des navires ou des épaves.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :