Questions à ...

Questions à Nicolas Picchiottino, directeur de L’AFD Martinique, “Les outre-mer doivent devenir des territoires durables”

Questions à Nicolas Picchiottino, directeur de L’AFD Martinique, “Les outre-mer doivent devenir des territoires durables”

L’Agence française de développement de Martinique veut améliorer les délais de paiement de collectivités.

Vous venez de prendre la direction de l’Agence française de développement (AFD) en Martinique : quel est son rôle ?

L’AFD est un établissement public qui met en oeuvre la politique de la France en matière de développement et de solidarité internationale. L’agence se veut un accélérateur de développement durable en ce qui concerne notamment le climat, la biodiversité, la santé et la gouvernance. Nous sommes porteurs de cette même vision dans les outre-mer.

En quoi consiste votre action dans ces territoires ?

Outre-mer, nous avons comme mission d’accompagner le développement économique et social. Cette mission a été réaffirmée lors de la présentation de la stratégie 5.0 par le ministère des Outre-Mer et lors de la réunion interministérielle de juillet.

Même si chaque outre-mer a ses particularités, tous ont des défis communs à relever : l’insularité, la lutte contre les vulnérabilités du fait du réchauffement climatique, le renforcement du lien social, et une meilleure intégration dans leur bassin respectif.

 

L’AFD vient d’ailleurs de se réorganiser en zones…

Effectivement, depuis un an, le département outre-mer de l’AFD est devenu le département 3 Océans  et couvre trois zones géographiques cohérentes chacune supervisée par une direction régionale. La Martinique, mais aussi, la Guadeloupe, la Guyane, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon font partie de la zone Atlantique qui regroupe également nos autres représentations dans la région, à savoir Haïti, Saint-Domingue et le Surinam et nous permet d’intervenir dans les Petites Antilles, et au  Guyana. Cette réorganisation géographique nous permet de gagner en cohérence, d’apporter une réponse globale, transfrontalière sur tous les sujets, de mutualiser nos moyens et nos expertises.

 

En Martinique, quelle est votre feuille de route ?

Outre-mer, les actions de l’AFD se concentrent sur les collectivités, auprès du secteur privé et dans le secteur de la santé.

Notre coeur de métier est en effet le financement des collectivités. Par exemple, la Collectivité territoriale de la Martinique (CTM) est l’une des premières expositions  non souveraine de l’Agence. Nous l’avons accompagnée pour le TCSP, nous le faisons pour la première tranche du très haut débit. Nous devrions signer avec elle avant la fin de l’année une nouvelle ligne de 40Me pour couvrir ses investissements. Enfin, nous détenons une part majoritaire des dettes des principales collectivités locales.

D’une manière plus générale, 80% des communes de la Martinique travaillent avec l’AFD, soit sous forme de renforcement de capacités par des missions d’appui conseil afin de les aider à mieux structurer leur budget pour qu’elles retrouvent des marges de manœuvre pour pouvoir emprunter ; soit sous forme de prêts quand elles peuvent de nouveau emprunter. Ces prêts bénéficient d’une bonification supplémentaire quand ils concernent des investissements structurant ou ayant un impact sur le climat.

 

Par le passé, il y a eu de nombreux plans pour ramener les communes à meilleure vertu financière, et pourtant la situation est toujours dégradée, provoquant des délais de paiement anormalement élevés pour les entreprises. Pensez-vous que nous commençons à ouvrir un nouveau cycle plus vertueux ?

Nous constatons en tout cas qu’en Martinique, 80% des communes travaillent avec l’AFD. C’est un engagement volontaire de ces édilités et nous ne prêtons pas si nous ne sommes pas certains d’être remboursés. Notre objectif est clairement d’améliorer les délais de paiement, parce que cette situation dégradée impacte tout l’éco-système.

 

Quelle sera votre action vers le secteur privé ?

Nous voulons favoriser la transition vers une économie verte, la création d’emplois et de valeur notamment via la construction de logements sociaux, aussi bien pour la location qu’en accès à la propriété. Nous continuerons à soutenir le secteur de la santé. Avec les 17 collaborateurs de l’AFD, je suis à disposition de tous les acteurs en Martinique.

Partager cet article :
»

Suggestion d'articles :