Editorial

M. le Président, vous vous trompez !

M. le Président, vous vous trompez !

Ce sont les inégalités fiscales qui creusent les inégalités sociales.

“Les vraies inégalités ne sont pas fiscales. (…) Les vraies inégalités sont les inégalités d’origine, les inégalités de destin, les inégalités à la naissance.” Qui a prononcé cette phrase ahurissante ? Notre président Emmanuel Macron, dans son propos liminaire, lors de la première conférence de presse de son quinquennat, ce jeudi 25 avril. Cette pensée, il l’a de longue date.

Très opportunément, Raphaël Gluscksmann nous l’a remis en mémoire dans son dernier ouvrage “Les enfants du vide”, p36. Il écrit : “Un jeune et prometteur ministre de l’Economie d’un gouvernement socialiste nommé Emmanuel Macron déclara devant un parterre de fidèles à Bercy : “Le consensus de 1945 est inadapté”. Cette position vient de loin. A la même page, la tête de la liste Place publique aux prochaines élections européennes rappelle que Denis Kessler, ex-numéro 2 du Medef, ne disait pas autre chose en 2007, soit dix années plus tôt !

Qu’est-ce que le consensus de 1945 ? C’est tout ce qui a été mis en place au sortir de la guerre, entre 1945 et 1952, par le Conseil national de la Résistance, justement pour réduire les inégalités, grâce, notamment, à une plus juste redistribution des richesses.

Réponses toujours pas satisfaisantes

Les Gilets jaunes sur les ronds points depuis 24 semaines en France continentale démontrent bien que le détricottage est à l’œuvre et que les réponses apportées lors de cette longue conférence de presse ne sont toujours pas satisfaisantes.

Ne nous y trompons pas : ce n’est parce pas que le nombre de Gilets jaunes dans les manifestations a baissé que la colère s’est apaisée. Tout comme ce n’est pas parce qu’outre-mer, ce mouvement national n’a pas trouvé écho que la situation est ici sous contrôle.

Pierre-Yves Chicot, dans sa tribune, ne dit autre chose (p32). Tout comme  Philippe Brassac, le directeur général du Crédit Agricole SA, dans le long entretien qu’il nous a accordé qui nous plonge au cœur du système bancaire mondial (p46).

La vérité peut être tordue dans tous les sens, à un moment, elle se remet toujours à l’endroit. L’histoire est grosse de civilisations qui se sont effondrées sur elles-mêmes et de colères déterminées des peuples qui ont renversé des édifices que certains pensaient définitivement scellés.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :