Environnement

Gestion de l’eau en Guadeloupe : une évolution à venir

Gestion de l’eau en Guadeloupe : une évolution à venir

La loi permettant la création du syndicat mixte de gestion de l’eau et de l’assainissement de Guadeloupe est parue.

La loi permettant la création du syndicat mixte de gestion de l’eau et de l’assainissement de Guadeloupe est parue. Elle prévoit qu’en soit membres les communautés d’agglomération CAP Excellence, Grand Sud Caraïbe, Nord Grande-Terre, Riviera du Levant et Nord Basse-Terre, la région et le département. D’autres membres, comme par exemple la communauté de communes de Marie-Galante, pourront le rejoindre après l’autorisation express du préfet et de tous les membres du syndicat. Ce syndicat sera compétent pour la gestion de l’eau potable et l’assainissement des eaux usées, la défense extérieure contre les incendies et la gestion des eaux pluviales urbaines. Sera également dans son périmètre la réalisation d’études et analyses sur les enjeux de l’eau, la participation à l’élaboration des schémas stratégiques relatifs aux politiques d’eau potable et d’assainissement , à la gestion de l’eau afin d’éviter une surexploitation. Le syndicat doit également mettre en place une tarification sociale de l’eau. Une  commission de surveillance sera en outre instituée afin qu’elle formule des avis sur l’exercice du syndicat et le conseil régional pourra consulter cette nouvelle instance pour avis. Parallèlement, le Gouvernement a acté la dissolution du Syndicat intercommunal d’alimentation en eau et d’assainissement de la Guadeloupe (SIAEAG) : sur les 191M€ de dette, 44M€ sont remontés dans les comptes de la nouvelle structure. Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) anciennement membres devront se répartir le solde de la dette, les salariés et les créances.

Partager cet article :
«

Suggestion d'articles :