Stratégie

Financement : les prêts Rebond sont opérationnels

Financement : les prêts Rebond sont opérationnels

La Guadeloupe, la Guyane et la Martinique disposent désormais de ces outils de financement mis en place avec Bpifrance pour relancer l’activité. Ces prêts s’adressent à des entreprises saines qui ont une vraie capacité à redémarrer.

Très rapidement, dès la fin du confinement, la Région Guadeloupe comme la Collectivité territoriale de Guyane et celle de Martinique ont annoncé qu’après les financements de la phase d’urgence, un prêt appelé “Rebond” allait voir le jour pour permettre à tous les secteurs de se relancer.

Lancé fin juillet en Guadeloupe et en Guyane et mi-septembre en Martinique, cet outil financier abondé à parts égales par l’État et par la collectivité locale et mis en œuvre par Bpifrance est donc désormais accessible dans chaque territoire français d’Amérique.

À quelques nuances près, ce sont les mêmes produits. Ainsi, ce sont des prêts d’une durée maximale de sept ans, différés de deux ans compris pour commencer le remboursement. Ils sont destinés aux TPE et PME installées dans le territoire ou s’y installant qui rencontrent des difficultés conjoncturelles ou sont dans une situation de fragilité temporaire liées notamment aux mesures de cantonnement prises dans le cadre de l’arrêt d’activité au plus fort de la crise sanitaire du Covid-19.

Pour des entreprises saines

Les entreprises doivent exister depuis plus d’un an et être saines : pas de dettes fiscales, sociales, des fonds propres positifs, etc., et de vraies perspectives de relance.

Tous les secteurs sont donc en principe éligibles sauf les Sociétés civiles immobilières (SCI), les entreprises individuelles, les entreprises d’intermédiation financière, les entreprises de promotion et de location immobilière, les entreprises du secteur de la pêche ayant un code NAF 4638A ou 0321Z, ainsi que les entreprises des secteurs agricoles ayant un code NAF section A01 et section A02 dont le chiffre d’affaires est inférieur à 750 000€, à l’exception des codes NAF 02.20Z et 02.40Z (entreprises forestières).

Instruction flash pour moins de 50 000€

C’est un prêt à taux zéro, normalement sans frais de dossier. Une assurance décès/perte totale d’autonomie est proposée, mais l’entreprise peut y renoncer. Ce prêt bénéficiant d’une aide de l’État est soumis aux règles des minimis, c’est-à-dire que le chef d’entreprise devra préciser ce qu’il a reçu comme subventions durant les trois derniers exercices : le total ne devra pas dépasser 200 000€, et même 100 000€ pour les entreprises de transport.

Chaque territoire des Antilles-Guyane a introduit quelques particularités dans son prêt Rebond en matière de montant et pour ce qui peut être financé (voir tableau ci-dessous).

En ce qui concerne l’instruction, le dispositif se déploie de deux manières. Pour les montants compris entre 10 000€ et 50 000€, appelés prêts Flash, c’est une instruction complètement dématérialisée avec vérification faciale de l’identité par smartphone. Selon Bpifrance, la demande peut être complétée par le client en 15 minutes, temps de chargement des pièces justificatives comprises. Une fois validé, il est traité quasi automatiquement pour la vérification de la notation Fiben auprès de la Banque de France, et après contrôle des informations par l’expert-comptable désigné. Si tout va bien, l’édition du contrat, la signature électronique et le décaissement se font en 24 à 48 heures.

Pour les sommes plus importantes, l’instruction sera plus classique sur la plate-forme Bpifrance.

En Guyane et en Guadeloupe, après deux mois d’exercice, connaître le nombre de prêts accordés est quasi classé “secret défense” ! Le faible nombre de dossiers pourraient s’expliquer : ces deux territoires ayant été confrontés de manière active à la pandémie depuis le lancement de ces prêts, s’endetter pour la relance n’est sans doute pas encore d’actualité. Quoi qu’il en soit, il reste encore des ressources.

 

Prêts Rebond Antilles-Guyane : les particularités

Montant prêté 10 000€ à 200 000€ 10 000€ à 50 000€ 10 000€ à 300 000€
Ce qui peut
être financé
> Les besoins de trésorerie liés à la situation conjoncturelle
> L’augmentation du besoin en fonds de roulement
> Les besoins de trésorerie liés à la situation conjoncturelle
> L’augmentation du besoin en fonds de roulement
> Les besoins de trésorerie liés à la situation conjoncturelle
> L’augmentation du besoin en fonds de roulement
> Les investissements immatériels : coûts de mise aux normes (environnement, sécurité), recrutement et, frais de prospection, …
> Les investissements corporels à faible valeur de gage : matériel conçu/réalisé par l’entreprise pour ses besoins propres, matériel informatique…
Partager cet article :

Suggestion d'articles :