Économie

Contre le gaspillage

Contre le gaspillage

Une procédure de suivi et de contrôle de la qualité du don des invendus alimentaires vient d’être mise en œuvre.

Une procédure de suivi et de contrôle de la qualité du don des invendus alimentaires vient d’être mise en œuvre. Le texte, pris en application de la loi antigaspillage et pour l’économie circulaire (Agec) de février 2020, étend aussi à l’industrie agroalimentaire, à la restauration collective et au commerce de gros alimentaire les dispositions relatives au don. Le texte modifie le plan de gestion de la qualité du don de denrées alimentaires en incluant des procédures pour évaluer la qualité du don, enregistrer les défauts signalés par l’association destinataire, et suivre les actions correctives engagées. Ce nouveau dispositif doit corriger une faille qui permet à certains donateurs de réduire le coût de gestion de leurs déchets. En effet, des associations et des collectivités locales ont constaté que des acteurs détournent le dispositif en donnant des denrées sur le point de devenir des déchets. La gestion de ce qui aurait dû être des déchets d’activité économique revient ainsi aux associations “bénéficiaires” du don. La loi de février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire a en effet créé une obligation de don des invendus alimentaires pour les commerces de détail de plus de 400 m². L’ordonnance d’octobre 2019 contre le gaspillage alimentaire l’étend aux opérateurs de la restauration collective préparant plus de 3000 repas par jour et aux opérateurs de l’industrie agroalimentaire dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 50 M€. La loi Agec rajoute les commerces de gros alimentaires dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 M€  par an.

Partager cet article :
»

Suggestion d'articles :