Économie

Relais H/Lagardère veut prendre pied aux Antilles

Relais H/Lagardère veut prendre pied aux Antilles

Relais H/Groupe Lagardère tente-t-il de prendre pied en Martinique après son échec en Guadeloupe ?

Relais H/Groupe Lagardère tente-t-il de prendre pied en Martinique après son échec en Guadeloupe ? Le groupe est en effet à la manœuvre dans le cadre de l’appel d’offres européen lancé par la Société aéroportuaire Martinique Aimé Césaire (Samac) pour le renouvellement des concessions des boutiques, du duty Free et de la restauration de la plate-forme. Ces renouvellements coïncident avec l’agrandissement de l’aéroport. L’appel d’offres a donc été lancé le 30 décembre 2020 et sera clôturé fin mars 2021. Relais H se positionne donc sur les points presse/livres et la restauration. Dans le cadre de l’agrandissement, le point de vente presse/livres sur la partie tout public passera de 112m2 à 67m2, tandis que celui sous douanes passera de 26m2 à 148 m2. La filiale du groupe Lagardère prend d’ores et déjà contacts avec les éditeurs locaux de presse qui travaillent avec Aéropresse, l’exploitant actuel. Les contrats proposés sont simples : pour la presse locale, finis les dépôts-vente en direct avec une commission de 15%. Il est proposé de contracter avec la filiale locale de Prestalis , Sodipresse, qui vient de connaître une période de redressement judiciaire, qui demande une commission à 45%, toujours pour du dépôt-vente. Quand aux auteurs locaux, il leur est demandé de se rapprocher des maisons d’éditions du groupe, Lagardère Publishing, à savoir Hachette, Livre de Poche, Marabout, Grasset, Stock, etc., pour s’assurer d’une place dans les rayons. Les éditeurs locaux risquent donc eux aussi d’avoir du mal à placer leurs productions. Le principe de l’appel d’offres est utile pour maintenir la concurrence. Cependant, il faut veiller à ce qu’il ne fragile pas les acteurs locaux qui assurent des prestations de service de qualité depuis de nombreuses années. Par temps de coronavirus, il peut être tentant de choisir des acteurs extérieurs qui peuvent présenter de meilleurs ristournes pour entrer sur un marché, malmenés qu’ils sont sur leurs marchés historiques. Cependant, une telle décision doit être prise avec conscience, surtout quand elle risque de faire perdre de l’expertise locale.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :