Questions à ...

Questions à Yan Du, Président de JKS Finances : “La Guyane intéresse tous les distributeurs !”

Questions à Yan Du, Président de JKS Finances : “La Guyane intéresse tous les distributeurs !”

Ce régional de la grande distribution défend crânement ses chances, épaulé par Système U qui ne veut pas perdre de positions outre-mer.

Vous venez d’inaugurer le premier Hyper U de 5800 m² à Cayenne, en Guyane, vous qui étiez jusqu’alors à la tête de trois supermarchés U : que représente pour vous cette ouverture ?

Cette ouverture est importante, pour nos équipes et pour notre groupe. Nous démontrons qu’après des décennies de transformation lente, le commerce en Guyane est en mutation rapide en faisant émerger un concept propre.

En quoi le concept guyanais est-il différent de celui que l’on observe ailleurs ?

Il est différent notamment par la taille de certains linéaires, plus importante ici qu’ailleurs. C’est par exemple le cas avec les surgelés, qui peuvent représenter jusqu’à 20 % du chiffre d’affaires en Guyane au lieu de 5 % ailleurs. De même, nous nous devons d’adapter le rayon traiteur aux goûts et aux budgets des clients guyanais ; de ce fait, nous fabriquons davantage de produits.

Vous ouvrez un hyper alors que les clients manifestent un plus vif intérêt pour la proximité avec les supermarchés…

C’est exact qu’aujourd’hui le client, guyanais en l’occurrence, est sensible à la proximité. Cependant, l’hypermarché a de l’intérêt parce que l’offre y est variée, notamment lors d’événements comme les fêtes de fin d’année. Mais pour les achats du quotidien, le supermarché est mieux placé, en particulier parce qu’il peut être placé au cœur de bassins de population importants.

Depuis l’ouverture de votre premier Super U à Saint-Laurent-du-Maroni en 2007, comment avez-vous vu évoluer la grande distribution en Guyane ?

En 2007, nous étions le premier indépendant de la grande distribution après le groupe Primistère Reynoird et ses enseignes Cora, Match et Ecomax. L’enseigne U était connue à Saint-Laurent-du-Maroni, mais pas dans le reste de la Guyane. Depuis, d’autres acteurs privés sont venus en Guyane, tels Carrefour, Géant, Leader Price, etc. Aujourd’hui, ceux qui domineront la distribution dans les dix prochaines années sont là.

Comment pensez-vous que les positions vont évoluer ?

Tous les groupes seront obligés d’adapter leur offre. Nous le voyons déjà : le nouveau Leader Price qui vient d’ouvrir à Rémire-Montjoly n’a rien à voir avec le hard discount pur et dur. Tout le monde cherche ses marques pour capter la clientèle.

Comment appréciez-vous la concurrence ?

Elle sera de plus en plus vive. Elle nous oblige à être toujours plus performants si nous voulons demeurer les meilleurs. Le grand gagnant est le consommateur : la Guyane intéresse aujourd’hui tous les distributeurs, elle n’est plus un marché excentré et la bataille entre les enseignes entraîne une baisse des prix. Par exemple, depuis l’ouverture de l’Hyper U à Cayenne en avril dernier, grâce à nos relevés de prix, nous avons constaté des baisses de 15 à 20 % sur certains produits. Et ça va continuer : l’offre correspondra de plus en plus au budget des clients !

Lire aussi IE Avril 2018

Partager cet article :

Suggestion d'articles :