Questions à ...

Questions à Dominique Savon, directrice de la DEETS : “Une fusion de deux administrations pour améliorer le fonctionnement”

Questions à Dominique Savon, directrice de la DEETS : “Une fusion de deux administrations pour améliorer le fonctionnement”

La DIECCTE devient la DEETS avec des compétences élargies à la solidarité, à la jeunesse et aux sports. La nouvelle Direction de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités veut développer le travail transversal.

Qu’est-ce que la nouvelle Direction de l’économie, de l’emploi, du travail et de solidarités (DEETS) ?

Cette nouvelle direction est la réunion de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation et de l’emploi, ancienne DIECCTE, et du pôle cohésion sociale de la Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS). Depuis mars 2021, la DEETS dispose d’un périmètre plus large avec en plus une compétence solidaire. L’objectif est d’améliorer la conduite des politiques de l’État vers les usagers. En outre, pour les politiques sociales et l’économie sociale et solidaire, l’interlocuteur sera désormais unique.

 

Quelles sont les compétences de la DEETS ?

La DEETS conserve les compétences en matière de travail, de protection sociale et de dialogue social. Elle conserve également le contrôle des marchés et de la consommation. Toutes les compétences de l’ancien pôle 3E pour Entreprises, Emploi et Économie, à savoir les dispositifs pour l’emploi, pour le chômage partiel, les dispositifs de retour à l’emploi, la formation, les contrats d’aide, la Garantie Jeunes.

 

Quelles en sont les nouvelles ?

La DEETS rassemble désormais un pôle solidarité au sens large, de l’hébergement adapté aux situations difficiles, l’assistance aux femmes victimes, l’aide alimentaire, les actions politiques de la ville, l’action sanitaire et sociale, etc. Nous avons également la compétence jeunesse et sports, qui était jusqu’alors au sein de l’Éducation nationale.

 

Pourquoi avoir rassemblé tout cela ?

L’objectif est de travailler de manière transversale. Les équipes doivent œuvrer davantage ensemble afin que les politiques soient plus efficaces. Par exemple, un jeune sans emploi a souvent à la fois des problèmes de déplacement, d’hébergement, etc. De même, une femme victime de violence doit à la fois se voir proposer une solution d’hébergement, de formation, voire d’emploi. Nous nous attacherons à déployer les politiques publiques telles que la lutte contre la pauvreté, les politiques de la ville, l’insertion des jeunes, de faire sauter les verrous afin que tout fonctionne.

Nous travaillerons également de manière plus étroite avec l’ensemble des partenaires, indispensables pour une parfaite réussite de ces politiques publiques.

 

Qu’est-ce qui change en matière d’organisation ?

Nous aurons un secrétariat général commun, un support administratif commun à toutes les administrations.

 

Ce rapprochement doit-il conduire à une réduction des effectifs ?

C’est l’un des objectifs de la réforme.

 

Travaillerez-vous avec vos collègues de Guadeloupe et de Guyane  ?

Oui, nous travaillerons en lien étroit avec Alain Francès, mon collègue de Guadeloupe, et Didier Duport mon collègue de Guyane.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :