Transport

Quand la parole de l’Etat vacille…

Quand la parole de l’Etat vacille…

Voilà pourquoi Fret Express caraïbe est au bord de l’asphyxie.

En juin dernier, Patrice Amanou était fier de présenter à l’édilité et aux autorités de tutelles la nouvelle offre de Fret Express Caraïbe, au départ du Marin, en Martinique : Copo Rosso V faisant du transport de marchandise en petit groupage vers Sainte-Lucie. La main sur le cœur, tous ont assuré que le port du Marin, réservé aux passagers, pourra opérer cette nouvelle offre de transport de marchandises. Ce 19m vient compléter la flotte composée du Copo Rosso 1 et 2, spécialisés dans le transport de passagers. Trois mois plus tard, la société est dans une situation peu enviable : le port du Marin ne peut toujours pas recevoir de marchandises, donc Copo Rosso V doit être opéré depuis Fort-de-France, rallongeant les temps de mer, nécessitant la location d’un local au Lamentin et de la logistique entre le Lamentin et le bateau. Des frais qui n’étaient pas prévus au départ. A cela s’ajoute que la Douane prend 15 jours pour dédouaner une marchandise qui a fait 2h de mer. Résultat : Copo Rosso V perd ses clients : alors que le chiffre d’affaires prévu était de 30 000€, il n’est que de 16000€ avec 10000€ de charges. Pas tenable sur la durée.

Côté passagers, les frontières étant demeurées fermées pendant de nombreux mois : le Copo Rosso 2, arrivé en début d’année, n’a jamais navigué. Alors que la compagnie tournait avec une rotation de 84 passagers par jour, elle n’effectue plus qu’une rotation par semaine avec 15 passagers. En termes de chiffres, en juillet 2020, la société avait réalisé un chiffre d’affaires de 164 000€ avec sa branche passagers ; en juillet 2021, le chiffre d’affaires a été de 13 000€. Tout cela avec un prêt garanti de l’Etat de 200 000€ à rembourser fin 2021.

Patrice Amanou demeure combatif, tel un lion prêt à livrer tous les combats, parce qu’il croit à la pertinence de son offre pour désenclaver la région. Il n’envisage pas de reprise pas avant 2022 : jusque là, selon lui, sans aide, l’activité de Fret Express Caraïbe risque d’être menacée.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :