Blog de Francette

Etude Primeview

Illétrisme et contre-performances économiques

Illétrisme et contre-performances économiques

Pour l’Entrepreneur des outre-mer, l’Education nationale ne fait pas son boulot outre-mer !

Il est des impressions qu’on n’ose formuler, qu’on tente même d’éloigner de l’esprit tant elles paraissent incongrues, mais qui pourtant sont comme chevillées au corps, tant elles expliqueraient bien des choses.

De quoi s’agit-il ?

De l’illétrisme en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane : pourquoi les taux sont-ils si élevés et quelles en sont les conséquences ? Les septièmes journées contre l’illétrisme viennent de s’achever et les taux sont encore dans tous les esprits : 20% en Guadeloupe et en Guyane, 13% en Martinique, contre 7% en France continentale, source Agence nationale de lutte contre l’illéttrisme.

La situation doit être encore plus grave puisque ces taux sont sortis d’enquêtes datant de 2009 pour la Guadeloupe, 2011 pour la Guyane et 2014 pour la Martinique !

Pourquoi ce problème majeur n’est-il pas mieux suivi dans nos pays ?

Pour preuve que la situation se dégrade : lors des tests durant la Journée de défense et de citoyenneté de 2015, les taux d’illétrisme étaient mesuré à 16% en Guadeloupe, 19,5% en Martinique et 28,8% en Guyane !

Les conséquences de l’illétrisme et plus largement de la faiblesse du niveau de connaissance générale sont palpables : les commissaires aux comptes des outre-mer viennent de rendre public une étude que chacun de ceux en charge de construire les politiques publiques dans ces territoires devrait avoir en tête.

Ils l’ont intitulé sobrement : “Le tissu économique des territoires ultramarins à l’aune des départements métropolitains”.

Dès la page 3 de la synthèse, le pavé est jeté dans la marre. Je cite : “Les natifs des territoires ultramarins ne sont pas assez formés !” Quelques lignes plus bas, ils enfoncent le clou. Le cite encore : “Le phénomène commence dès les petites classes.” Et il est de longue durée : 39% des natifs de la Martinique, 38% en Guadeloupe et 37% en Guyane n’ont aucun diplôme !

Les conséquences de cette situation sur les tissus économiques de ces territoires sont directs selon eux. Le premier : le niveau élevé du travail au noir, estimé à 26,5% en Guadeloupe, à 20% en Martinique, et stratosphérique en Guyane !

Seconde conséquence : le socle entrepreneurial outremer est intrinsèquement fragilisé. Cette fragilité se retrouve au sein des TPE bien sûr, mais aussi dans les groupes : Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les commissaires aux comptes !

Le roi est donc nu : “L’Education nationale ne fait pas son boulot outre-mer !”, nous a déclaré L’Entrepreneur des Outremer en Entretien dans notre numéro de septembre. Il sait de quoi il parle, lui qui exerce dans toutes ses géographies.

Que préconisent les commissaires aux comptes à nos décideurs ? D’arrêter de faire du saupoudrage et de s’attaquer vraiment à ce problème là !

Partager cet article :

Suggestion d'articles :