Fiches Pratiques

Affaires

Entreprises, attention aux tentatives d’escroquerie !

Entreprises, attention aux tentatives d’escroquerie !

Demandes frauduleuses, usurpation d’identité, faux courriels ou courriers… Les tentatives sont nombreuses.

De nombreuses pratiques frauduleuses, notamment celles qui consistent à usurper l’identité de l’administration, touchent les entreprises. Quelques pistes pour se prémunir.

1/ l’Usurpation d’identité des administrations

Les tentatives d’escroquerie vers les entreprises se développent. Beaucoup d’entre elles consistent à vous faire des demandes en usurpant l’identité d’une administration. Tous les services de l’entreprise peuvent être concernés par ces tentatives d’usurpation. L’usurpation peut concerner l’identité de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) ainsi que celle de ses services régionaux ; ce sont les plus prisées par les fraudeurs.

Concrètement, les services de l’entreprise reçoivent des demandes par courriel ou courrier faisant référence à des articles du Code général des impôts, parfois accompagnées de faux formulaires en pièce jointe et de fausses signatures, usurpant l’identité et les adresses électroniques de la DGFiP.

L’objectif est de faire communiquer à l’entreprise des informations sensibles et de lui soutirer de l’argent.

2/ Usurpation : les formes ?

La DGFiP rapporte que beaucoup d’entreprises reçoivent des demandes de règlement de factures soi-disant non payées de leurs principaux clients, français et européens, qui règlent habituellement leurs prestations par virements SEPA. Si vous recevez un message de ce type, soyez particulièrement vigilant : il s’agit très probablement d’une arnaque !

Autres types d’arnaques : la Douane signale l’existence de sites frauduleux se faisant passer pour un service d’accompagnement à la demande d’enregistrement de numéro Economic Operator Registration and Identification (EORI). Ce numéro est nécessaire aux entreprises qui réalisent des opérations d’import/export. Ces sites frauduleux vous proposent d’effectuer les démarches à votre place. Mais en réalité, après avoir payé, le service n’est pas rendu et l’entreprise n’a plus aucune possibilité d’entrer en contact avec l’interlocuteur. Solliciter un numéro EORI est une démarche simple et gratuite. Derrière ces “annonces” à l’apparence légale sur les moteurs de recherche se cachent des escrocs.

3/ Comment repérer une tentative d’arnaque ?

De nombreux indices permettent de reconnaître une éventuellement tentative de fraude. Il s’agit en premier lieu du contenu du message. Certaines choses doivent alerter, par exemple : les fautes d’orthographe ou de syntaxe ; les demandes d’informations détaillées sur l’entreprise ou ses coordonnées bancaires ; ou encore un interlocuteur ou une forme de demande inhabituel (adresse de messagerie très proche de l’adresse habituelle mais néanmoins différente), etc.

Ces messages imitent également très souvent le style et le visuel des messages officiels, en faisant notamment figurer l’en-tête ou à la signature de la DGFiP ou du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance.

Ces pratiques frauduleuses d’usurpation d’identité touchent également d’autres secteurs, comme les banques, les assurances, ou encore les distributeurs d’énergie.

4/ Que faire en cas de doute ?

En cas de doute sur un message reçu, surtout si celui-ci ne provient pas de l’adresse électronique de vos interlocuteurs habituels, notamment du service des impôts des entreprises (SIE) dont l’entreprise dépend, adoptez la conduite suivante :

>> Ne répondez pas

>> Ne cliquez pas sur les éventuels liens à l’intérieur du message, ils vous redirigeront vers un faux site.

>> Supprimez le message de la boîte aux lettres de la messagerie de l’entreprise.

>> Signalez la tentative d’escroquerie.

En cas de doute sur l’identité de l’expéditeur d’un courrier électronique ou même postal portant l’en-tête ou la signature d’une administration, ou bien pour signaler une tentative d’escroquerie, contactez le portail des pouvoirs publics Internet-signalement.gouv.fr. Vous pouvez également passer par le téléphone, via le numéro vert gratuit : 0 805 805 817.

Vous pouvez aussi contacter directement votre centre des finances publiques lorsque le message porte un en-tête de l’administration fiscale, dont le numéro de téléphone figure sur vos documents officiels, comme l’avis ou les déclarations de revenus ou de chiffre d’affaires…

Autres conseils

Il est conseillé d’adopter quelques bons réflexes de prudence au quotidien pour prévenir au maximum de tentatives frauduleuses :

>> Si un message suspect est envoyé de la part d’un interlocuteur habituel, contactez-le directement avec les coordonnées que vous utilisez habituellement.

>> Ne cédez pas à la pression et à l’urgence souvent invoquées dans les tentatives d’arnaque. Prenez toujours le temps d’analyser les messages qui vous paraissent suspects avant de répondre.

>> Ne divulguez jamais à l’extérieur des informations sur l’organisation de votre entreprise.

>> Diffusez en interne les alertes sur les arnaques, notamment celles transmises par les fournisseurs, et sensibilisez vos employés aux différents risques d’escroquerie.

>> Instaurez des procédures de vérification complémentaires pour les paiements internationaux notamment.

>> Si vous avez été victime d’une escroquerie, bloquez immédiatement les coordonnées bancaires frauduleuses et identifiez les paiements déjà réalisés, à venir ou en instance, pour effectuer les rejets et blocages nécessaires.

A retenir

> L’usurpation d’identité est une
pratique frauduleuse qui se développe.

> Elle touche l’administration fiscale, les Douanes, mais aussi les banques, les assurances, les fournisseurs d’énergie, etc.

> Premières réactions : ne répondez pas au message suspect, supprimez-le de la boîte aux lettres de l’entreprise, prévenez l’administration concernée.

> Gardez une vigilance quotidienne.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :