Environnement

Chlordécone : les premiers pas d’Emmanuel Macron

Chlordécone : les premiers pas d’Emmanuel Macron

En déplacement en Martinique, le président Emmanuel Macron a évoqué la possibilité de la réparation face à ce “scandale environnemental”.

En déplacement en Martinique, le président Emmanuel Macron a évoqué la possibilité de la réparation face à ce “scandale environnemental”. Elle sera tout d’abord collective avec la poursuite des plans de recherche et de prévention menés par l’INRA, le Cirad, l’IRD, l’Inserm. L’heure est peut-être venue aussi d’entamer une communication institutionnelle plus transparente vers les populations : après le site www.planchlordeconemartinique.fr, mis en ligne en en janvier 2018 et présentant une carte interactive des zones polluées, un “colloque scientifique et d’information sur la pollution par la chlordécone” a eu lieu en Martinique du 16 au 18 octobre dernier, et le 19 octobre en Guadeloupe.

Le président Macron a également annoncé une réparation individuelle  avec le lancement d’une “procédure d’ouverture du registre des maladies professionnelles par le gouvernement dès le 2 octobre pour le régime général de la Sécurité sociale et le 9 octobre pour le régime agricole” à destination de la population des ouvriers agricoles les plus exposés au pesticide.

Il est également question de baisser les limites maximales de résidus (LMR) dans le corps humain et non plus de tolérer qu’il soit multiplié par 5 voire par 10 pour le chlordécone aux Antilles. En revanche, aucune annonce sur la mise en place de stratégie de dépollution accélérée des terres polluées, de processus efficaces de contrôle des productions, de mutation de cette économie, ni de faire payer les pollueurs. Un chemin encore à parcourir par celui qui vient d’être nommé Défenseur de la Terre à l’ONU.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :