Économie

Caisse d’épargne/Cepac Antilles-Guyane : Réorganisation outre-mer

Caisse d’épargne/Cepac Antilles-Guyane : Réorganisation outre-mer

La Cepac Antilles-Guyane veut être plus réactive.

La Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Corse (Cepac) réorganise son implantation outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Guyane, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy et Saint-Martin). L’objectif de cette réorganisation est de responsabiliser les collaborateurs, d’améliorer la qualité de service et de reconnaître la spécificité des territoires, notamment d’outre-mer.

C’est un changement radical de doctrine pour cette banque qui jusqu’alors s’appliquait à déployer le même fonctionnement sur l’ensemble de son périmètre, à savoir dans les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, la Corse, et outre-mer.  Ce n’est plus le cas depuis le 1er janvier 2020. Ainsi, la direction des engagements est supprimée et son activité redescend au niveau des collaborateurs au plus près de ces risques à prendre pour accélérer les décisions. Des possibilités d’engagement plus importantes sont données aux directeurs de l’économie régionale, aux commerciaux et aux directeurs territoriaux. En outre, une banque pour la gestion privée a été créée avec un directeur pour le national et un autre pour chapeauter l’outre-mer.

Gagner en lisibilité

De même, une direction de développement de l’économie régionale est créée, regroupant les activités des centres d’affaires de Guadeloupe, de Martinique et de Guyane. Le marché des pros est désormais rattaché à la direction Antilles qui chapeautera cette activité pour les trois territoires. En outre, pour plus de proximité, le service client outre-mer est désormais rattaché directement à la direction de l’économie régionale. De cette manière, la banque qui a racheté la Banque des Antilles Françaises (BDAF) en 2015 veut gagner en lisibilité et en efficacité locales.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :