Économie

Plan de Relance sur deux ans

Beaucoup de choses déjà connues !

Beaucoup de choses déjà connues !

Bruno Le Maire et son ministre délégué du budget ont répondu à un feu croisé de questions des députés de la Commission économique de l’Assemblée nationale : beaucoup reste à préciser. Le Sénat annonce déjà qu’il va améliorer ce plan de relance appelé France Relance.

Même Eric Woerth, président de la Commission finance de l’Assemblée nationale, qui a auditionné ce 3 septembre Bruno Le Maire, ministre des Finances et de la Relance et Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des comptes publics, a trouvé qu’il y avait beaucoup de “mesures recyclées” dans ce plan de relance. Il se questionne aussi sur le temps d’exécution, le suivi de ce plan, l’absence de conditionnalités pour l’obtention par les entreprises de toute cet argent et selon lui, un tel plan n’est-il pas un moyen de ne pas réformer la France ? De vraies bonnes questions qui n’ont pas eu de réponses précises lors de cette longue audition de deux heures. De nombreux députés présents, aucun des Antilles-Guyane.

Les grandes masses de ce plan de relance : 100 Md€, soit l’équivalent de 4 points du PIB perdus pendant le confinement, à dépenser dans les 24 mois, dont 30% en 2021, soit 30Md€.

Le gouvernement a appelé ce plan France Relance, socle pour construire la France de 2030.

Selon le Président de la République Emmanuel Macron, la France de 2030 devra être plus verte, plus respectueuse du climat, plus indépendante, plus compétitive, plus attractive avec des femmes et des hommes bien formés explique-t-il dans son propos introductif. Entre la présentation de Bruno Le Maire du 4 mai 2020 devant la commission Economique de l’Assemblée nationale sur sa vision de la France à 2025 et le document présenté ce 3 septembre par Jean Castex, Premier ministre, l’esprit est conservé, mais quelques éléments diffèrent. Par exemple, alors que la lutte contre les inégalités était clairement annoncée en mai, en septembre, elles ne font pas l’objet d’une prise de position aussi ferme et les inégalités entre les hommes et les femmes dans les entreprises sont laissées à la discrétion des gouvernences. En effet, la loi sur le sujet de 2019 oblige les entreprises d’au moins 50 salariés à constituer annuellement un index de l’égalité professionnelle composé de plusieurs indicateurs visant à détecter et corriger les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes. Cette obligation s’accompagne, elle, d’une obligation de diffusion des résultats. Le Conseil d’Etat vient d’affaiblir ce dispositif puisque les associations promouvant l’égalité entre les femmes et les hommes ne peuvent pas imposer à l’administration qu’elle leur communique la liste des entreprises sanctionnées pour défaut d’accord ou de plan d’action. Ce n’est qu’un exemple.

Déclinaison pour l’outre-mer

Le Premier ministre est entré dans le détail des mesures prévues. Elles seront décortiquées en Commissions spécifiques de l’Assemblée nationale et le Sénat a d’ores et déjà annoncé qu’il va l’améliorer point par point et pour le pilotage des résultats.

Le plan de relance a une déclinaison pour l’outre-mer. Il est évalué à 1,5Md€, lui aussi autour de trois axes : verdir l’économie, la compétitivité des entreprises ainsi que la cohésion sociale et territoriale.

Dans le détail, 50M€ sont fléchés vers la rénovation des réseaux d’eau, d’assainissement et de production d’eau potable, le plan séisme Antilles est confirmé (50M€), soutien de l’agriculture (80M€) pour tendre vers l’autosuffisance, 50M€ pour le soutien au développement local avec les collectivités.

La déclinaison outre-mer prévoit également 200M€ pour compenser les pertes de recettes des collectivités. La Région Guadeloupe à elle seule a perdu 35M€ de recettes pendant les deux mois de confinement.

Des discussions vont maintenant s’enclencher avec les collectivités territoriales pour flécher des projets avancés dans toutes ces lignes budgétaires.

Le plan définitif sera contenu dans la loi de finance pour 2021.

Partager cet article :
»

Suggestion d'articles :