Stratégie

Banque : le Crédit Mutuel Antilles-Guyane dilué dans Crédit Mutuel Alliance Fédérale !

Banque : le Crédit Mutuel Antilles-Guyane dilué dans Crédit Mutuel Alliance Fédérale !

La banque antillo-guyanaise retrouve des moyens de croissance. La banque mutualiste veut aussi retrouver de l’agilité dans sa
gouvernance

C’est une suite logique !” : pour Nicolas Théry, président de la Confédération du Crédit Mutuel et de Crédit Mutuel Alliance Fédérale, et Alex Weimert, président du Crédit Mutuel Antilles-Guyane (CMAG), l’absorption du CMAG par le Crédit Mutuel Alliance Fédérale intervient après 27 ans d’un compagnonnage qui a permis à la première de se développer, au départ de la Martinique, vers la Guadeloupe, la Guyane et la Saint-Martin. Au-delà de cette logique après une longue période de fiançailles, cette dilution est également une décision stratégique assumée. “L’environnement actuel est difficile aussi bien en termes législatifs qu’économiques. La réglementation se renforce au fil des ans, les contrôles des autorités de régulation sont de plus en plus contraignants, la persistance des taux bas, tous ces éléments fragilisent les organisations, surtout les plus petites”, explique-t-il.

Treizième fédération d’Alliance

Le Crédit Mutuel Antilles-Guyane va donc devenir la treizième fédération à intégrer Crédit Mutuel Alliance Fédérale : “L’aspect juridique du mariage est en train d’être achevé de part et d’autre avec la consultation du personnel et des adhérents lors d’assemblées générales. Notre rapprochement a, chaque fois, été voté à l’unanimité.

La seconde étape est technique et va s’échelonner sur plusieurs mois. La première étape : “Au 1er janvier 2020, la CMAG va être transformée en caisse régionale et va perdre son code banque pour prendre celui de l’Alliance fédérale. Cette convergence sera immédiate pour tous les clients aux Antilles-Guyane.” Les représentants de la nouvelle caisse régionale au sein de l’Alliance vont être nommés afin qu’ils participent aux prises de décisions. Les sièges des fédérations demeurent en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane et à Saint-Martin et les 26 caisses locales conservent leur identité juridique en tant qu’établissements de crédit de plein exercice.

Si les décisions continueront à être prises au plus près des territoires, l’Alliance deviendra le référent bancaire auprès des autorités et l’outil technique qui permettra de mutualiser les back-offices et fonctions supports, les produits et rendre la diffusion des informations et des produits plus rapide. Dans un deuxième temps, les systèmes informatiques seront migrés. “Notre objectif est clairement de répondre aux exigences de la Banque centrale européenne, et plus largement des autorités prudentielles, d’être parfaitement conformes à la réglementation et de maîtriser les risques, expliquent-ils.

Finaliser le plan stratégique

L’objectif de ce rapprochement est également de redonner des marges de manœuvre à la CMAG pour poursuivre son développement et améliorer sa performance sur le terrain. “Nous sommes en train de finaliser notre plan stratégique autour de trois axes, à savoir mettre la technique au service de l’humain à travers le développement de l’intelligence artificielle ; disposer de salariés formés et compétitifs ; et enfin que le Crédit Mutuel Antilles-Guyane devienne un banquier-assureur de premier plan. Notre plan converge parfaitement en ligne avec celui de l’Alliance”, précise Alex Weimert.

Aux Antilles-Guyane, la banque mutualiste a de gros chantiers devant elle. Le premier, revoir sa gouvernance : “Auparavant, chaque président de caisse était statutairement membre du conseil d’administration de la fédération. Tant que nous étions sur un territoire, nous étions sept autour de la table. Aujourd’hui, avec quatre territoires et 26 caisses, nous sommes nombreux. Pour retrouver de l’agilité, nous devons parvenir à 18 membres maximum”, explique-t-il. C’est également une demande des autorités de tutelle. Ce sera chose faite d’ici à la fin de l’année.

Le Crédit Mutuel Antilles-Guyane veut également améliorer ses positions en termes de relation clients. Elle a fait le choix de la proximité, n’envisage pas de fermeture de caisses, ni de réduction d’effectif : “Nous faisons le choix d’une banque à encrage local en renforçant notre relation vers les entreprises, les professionnels et les particuliers. Nous voulons véritablement être au service de nos sociétaires.” Le Crédit Mutuel Antilles-Guyane veut également toucher davantage les grandes entreprises, tout en respectant les règles de prudence et de conformité.

En termes de parts de marché, les ambitions sont également affichées : “Les territoires de conquête sont la Guadeloupe et la Guyane. En Martinique et à Saint-Martin, nous serons davantage dans l’amélioration de service. 

 

 

Crédit mutuel Antilles-Guyane : chiffres  clés 2018 

> Une caisse régionale.

> Une fédération.

> 4 territoires : Martinique, Guadeloupe, Guyane,

Saint-Martin.

> 26 caisses locales.

> 31 points de vente.

> 352 salariés, dont 254 femmes et 98 hommes.

> 207 élus.

> 116 177 sociétaires.

> 155 063 clients.

> 1,8 Md d’épargne.

1,6 Md de crédit.

 

2018 : Part de marché épargne

> Martinique : 15,60%

> Guyane : 10,57%

> Guadeloupe : 4,70%

> Saint-Martin : 42,10%

 

Partager cet article :

Suggestion d'articles :