Économie

Financement. Trois questions à Christian Isola, Directeur commercial CEPAC Martinique-Guyane

Financement. Trois questions à Christian Isola, Directeur commercial CEPAC Martinique-Guyane

Cepac Antilles-Guyane : travailler avec les réseaux

Quelles ont été vos performances en 2018 en matière de création d’entreprises ?

Au 30 novembre, la CEPAC Antilles a accompagné un peu plus de 50 créations d’entreprises et, sur l’ensemble des territoires, ce sont près de 12 M€ de crédits qui ont été engagés auprès de plus de 200 porteurs de projet.

Qu’attendez-vous d’un porteur de projet pour que cela se passe bien ?

Pour la CEPAC, l’accompagnement par un des réseaux nationaux comme Réseau entreprendre, Martinique initiative, etc., est primordial. Ces réseaux sont pour nous le gage de qualité des dossiers et de pérennité de l’entreprise créée. Nous avons d’ailleurs mis en place une offre de crédit à taux zéro que nous appelons Prêt Décollage Pro, qui double le prêt d’honneur distribué par ces réseaux.

Quelles sont vos objectifs pour 2019 ?

Nous n’avons pas d’objectifs chiffrés spécifiques à la création. Nous allons accentuer nos partenariats avec les réseaux d’accompagnement locaux. Nous allons poursuivre notre engagement pour l’entrepreneuriat féminin, dans la continuité de l’accord-cadre signé en mai 2018 entre l’État, le groupe Caisse des Dépôts, la BNP et le groupe Caisse d’Épargne. Nous travaillons sur quatre axes : la sensibilisation et l’accompagnement vers la création et la reprise d’entreprises par les femmes, le développement d’outils financiers et d’actions d’accompagnement à la médiation financière, la valorisation de l’entrepreneuriat féminin par la formation et des actions dans les territoires fragilisés et auprès des publics jeunes.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :