Économie

Crise du coronavirus

Tourisme : le plan de relance du gouvernement oublie le transport aérien

Tourisme : le plan de relance du gouvernement oublie le transport aérien

Le gouvernement met 18Md€ sur la table pour relance le secteur du tourisme, mais ne précise rien sur le transport aérien vers l’outre-mer et dans le bassin régional Antilles-Guyane.

Edouard Philippe a détaillé le plan mis en place pour soutenir et relance l’activité touristique en France dont outre-mer.

La première concerne le Fonds de solidarité. Son accès est maintenu jusqu’à fin 2020 pour les hôtels, restaurants, les activités de loisirs, du sport et l’événementiel.  Il est en outre élargit aux entreprises ayant moins de 20 salariés  réalisant moins de 2M€ de chiffre d’affaires. l’aide pourra alors atteindre jusqu’à 10 000€

Pour ces secteurs, le gouvernement crée en outre un Prêt garanti Etat (PGE) Saison. Les entreprises pourront prêter jusqu’à concurrence du total des 3 meilleurs mois de chiffre d’affaires en 2019.

Prêt Tourisme renforcé

De même, BPI France a porté l’enveloppe des Prêt Tourisme à 1Md€ contre 250 M€ jusqu’alors, afin de permettre aux entreprises du secteur de se rénover. Et, avec la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC), une enveloppe de 1,3Md€ a été constituée pour permettre aux entreprises de lancer des plans d’investissement. Accessible aux collectivités, cette enveloppe devrait générer quelque 7Md€ d’investissement dans le secteur pronostique le gouvernement. France Tourisme Ingénierie pourra être mis à contribution par les acteurs pour favoriser la bonne fin des dossiers.

Le gouvernement a en outre demandé à toutes les banques de reporter de douze mois toutes les échéances des prêts des entreprises de ces secteurs et le Premier ministre a annoncé que les charges patronales de mars à juin des entreprises du tourisme sont exonérés, et plus largement en réalité, à savoir, tant que ces entreprises demeurent fermées. En outre, 20% de cette exonération sera transformée en crédit de cotisation qui pourra être déduit des dettes sociales des entreprises, existantes et à venir. Le gouvernement a estimé le total de cette exonération à 2Md€.

Concernant les salariés, le chômage partiel sera maintenu jusqu’à fin septembre 2020 “voire au-delà si l’activité ne reprend pas”, a précisé le Premier ministre.  Pour accompagner le secteur, le gouvernement demande en outre aux collectivités locales d’exonérer les entreprises du secteur de la taxe de séjour et il s’engage à compenser 2/3 du montant de la cotisation foncière des entreprises (CFE) si les collectivités locales ne le réclament pas en 2020.

Restaurant : réouverture peut-être le 2 juin

En ce qui concerne les restaurants, le gouvernement prendra le 25 mai la décision de leur réouverture le 2 juin, déjà, dans les départements verts, c’est-à-dire ayant un faible niveau de contamination. Pour booster la consommation des clients dans ces lieux de villégiature, le montant du plafond des titres restaurants est multiplié par 2, soit 38€ au lieu de 19€ par jour, et ce, jusqu’à fin 2020. Ils pourront en outre être utilisés le week-end.

Le Premier ministre a également annoncé que les Français pourront partir en vacances en France et dans les outre-mer en juillet et en août… si l’épidémie ne repart pas. Pour inciter à la réservation, les professionnels à travers l’Union des métiers et de l’industrie hôtelière, le Groupement national des indépendants, le Syndicat des Entreprises du Tour Operating et le Syndicat des entreprises du voyage, se sont engagé à rembourser complètement le montant de ces nouvelles réservations si l’épidémie devait continuer.

Le coût total de ce plan est estimé par le gouvernement à 18Md€.

Au-delà de ce montant ambitieux, trois grandes absentes cependant : la véritable date de reprise de l’activité dans le secteur du tourisme ; la problématique du transport par avion du continent vers les outre-mer : 130 sièges maximum dans des vols de 450 places ?! Aucun harmonisation non plus dans le bassin antillo-guyanais. Pour l’heure, vers ces territoires, les déplacements possibles ne concernent toujours pas le tourisme. Enfin, c’est quatorzaine confinée de rigueur à l’arrivée. Pas très favorable tout ça au tourisme !

Une fenêtre s’entre-ouvre, mais sans réelles perspectives.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :