previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

À la une

Sargasses en Guadeloupe et en Martinique : 90 000 tonnes ramassées depuis début janvier !

Sargasses en Guadeloupe et en Martinique : 90 000 tonnes ramassées depuis début janvier !

90 000 tonnes de sargasses ont été ramassées en Guadeloupe et en Martinique depuis le 1er janvier 2018 : ce sont les nouveaux travaux d’Hercule !

Le chiffre donne le vertige : 90 000 tonnes de sargasses ont été ramassées en Guadeloupe et en Martinique depuis le 1er janvier 2018, soit respectivement 40 000 tonnes et 50 000 tonnes. Et c’est pas fini : comme l’a qualifié le président Ary Chalus : “Ce sont les travaux d’Hercule !

En Martinique, l’Etat a investit depuis le début de l’année 5M€ en Guadeloupe et 4M€ en Martinique pour le ramassage, auxquels il faut rajouter 1M€ en Martinique pour un chantier d’insertion. Lors de son passage, Emmanuel Macron a d’ores et déjà annoncé que l”Etat s’engage à investir 5M€ par île l’an prochain.

Les sargasses sont ramassées soit au bulldozer, soit avec des ratisseurs Barber, soit à la main par des brigades. Sur 1 tonne de sargasse ramassée au bulldozer, 50% est du sable, ce qui pose un vrai problème d’érosion des plages et de tassement des sols. Le coût n’est pas négligeable : 750 à 2000€ par jour.

Plusieurs techniques

Avec un Barber, la proportion de sable prélevé tombe à 15%. Pour de longue plage avec accès, cet équipement est parfait. Le coût : entre 55 000 et 65 000€ la cribleuse et 50 000€ pour le tracteur.

La plus basse proportion de sable prélevé est obtenue avec les brigades de ramassage à la main par l’homme. Par équipe de six personne, le rendement est de 10 à 16m3/heure et le coût 35€ à l’heure par employé en insertion. Ce travail n’est pas sans risque pour la santé : les urgences du Centre hospitalier universitaire de Martinique a récemment reçu un membre de brigades qui a fait un malaise lors du ramassage en ayant pelleté un tas renfermant une poche de gaz.

Le ramassage peut également se faire avec des ratisseur de plage, des pelle mécanique à long bras, des sennes renforcées, des tapis de collecte, des carrelets mécaniques, par pompage en mer, par barge équipée de tapis convoyeur, par chalutage, par pompage, par barrage déflecteurs, par barrage de confinement, par drague aspiratrice…

La meilleure méthode n’existe pas encore.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :