Vision

Kalenda

Reprise de l’ancien site du Kalenda : quatre projets dans la course

Reprise de l’ancien site du Kalenda : quatre projets dans la course

Ce 9 janvier 2020, après dix années de tentatives infructueuses, la ville des Trois-Ilets, désormais propriétaire du site du Lazaret, boucle un nouvel appel à manifestation d’intérêt pour y relancer une activité touristique.

L’établissement public foncier (EPF) Martinique va auditionner le 9 janvier prochain les quatre porteurs de projet qui ont déposé un dossier le 8 octobre dernier pour la réalisation d’un projet hôtelier sur le site de la presqu’île de la Pointe du Bout, au lieu-dit le Lazaret, sur la commune des Trois-Îlets.

L’EPF Martinique agit au nom de la ville des Trois-Îlets qui l’a mandaté en 2019 pour mener à bien ce troisième appel à manifestations d’intérêt (AMI). C’est sur ce site de 3 ha que se trouvait l’ancien Kalenda, également anciennement connu sous l’enseigne Méridien. Le bâtiment a été totalement détruit en juin 2016 après une liquidation en 2008. Depuis dix ans, la friche hôtelière balafre ce site exceptionnel. Le consortium THED International et Icade Promotion avaient obtenu l’attribution d’un dernier AMI en 2014, mais Icade Promotion, filiale de la Caisse des Dépôts & Consignations, chargée uniquement de la construction, s’est retirée du tour de table en 2018, la finalisation du tour de table financier tardant. Ce nouvel AMI relance le sujet, quatre opérateurs sont donc en lice.

> Marcel Benhamou.

De nouveau, Marcel Benhamou a déposé un dossier, avec un investisseur turc cette fois. Le projet est un hôtel 4* de 200 chambres avec l’enseigne Melia Group pour un investissement de 58 M€. Ce groupe hôtelier espagnol exploite 350 établissements dans 40 pays. Ce sont des hôtels de plage.

> Yan Monplaisir.

Yan Monplaisir, avec ses enfants et ses neveux, a également déposé un dossier. Il propose un projet de 120 chambres et de neuf villas avec l’enseigne Nikki Beach. Nikki Beach Hôtels & Resorts est une enseigne hôtelière festive, dans l’esprit du Club Méditerranée, implantée en Thaïlande, en Grèce, en Turquie et aux Émirats arabes unis. Le projet porté par Yan Monplaisir comporte des boutiques Nikki Beach, une piscine, une salle de réunion modulaire d’une capacité totale de 400 places, des parkings en nombre. Des animations seront organisées par des animateurs logés sur place (20 chambres prévues). Si ce projet est retenu, les travaux devraient durer 24 mois. Sont également associés au projet Jean Simonet, Olivier de La Houssaye, propriétaire du Village Créole aux Trois-Îlets, et des sociétés exerçant dans le tourisme telles Carib Voyages, Carib Recept, Carib Congrès.

Pour Yan Monplaisir, ce projet complétera l’offre hôtelière de son groupe qui gère le Club Méditerranée, dans le sud de la Martinique, et l’hôtel d’affaires La Batelière, sur la commune de Schœlcher, dont la rénovation est prévue à partir de mai 2020 (voir encadré). Ce serait également pour lui le moyen de renforcer un groupe martiniquais dans ce secteur d’activité.

Le groupe Monplaisir s’était déjà intéressé par le passé à ce site : il a géré durant l’année 2007 l’hôtel Kalenda, juste avant la liquidation par le tribunal de Basse-Terre des deux structures de Martinique et de Guadeloupe qui étaient alors logées dans une même entité. Depuis, les deux entités ont été scindées.

> Simon Jean-Joseph.

Le troisième porteur de projet est Simon Jean-Joseph. Cet ancien coureur automobile reconverti dans la gestion de marinas s’est associé pour l’occasion entre autres à Bertrand Clerc, PDG de la Somes. Il présente un ensemble de 80 chambres de niveau 4*. C’est pour lui l’occasion d’élargir ses compétences à un nouveau métier et à un secteur d’activité complémentaire à ses activités.

> Patrick Vial Collet.

Le quatrième projet est porté par Patrick Vial-Collet, coprésident de Leader Hôtels qui exploite en Guadeloupe sous la marque Des Hôtels & des Îles cinq établissements en propre. Dans la catégorie hôtels de charme, il s’agit de La Toubana à Sainte-Anne (5*) et Le Jardin Malanga (3*) à Trois-Rivières, dans la catégorie hôtels de loisirs de La Créole Beach (4*) et du Mahogany (4*), tous les deux implantés au Gosier, et dans la catégorie hôtels de découverte de Bwa Chik à Saint-François (3*).

Des Hôtels et des Îles commercialise en outre deux hôtels en Martinique : La Suite Villa et Plein Soleil. Cette structure vend également des hôtels implantés à Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Sainte-Lucie, Antigua, Barbade, Dominique, Île Maurice, Anguilla…

Ce groupe porte donc le projet d’implanter sur le site des Trois-Îlets un 5* version palace de 80 chambres. Sur ce projet, Patrick Vial Collet est associé avec Patrick Fabre (groupe Créo) et Jean-Max Élizé (Circuit cinématographique Élizé). Chacun de ces partenaires possède 25 % du projet.

La Caisse des Dépôts dans la boucle

Les quatre porteurs de projet déclarent avoir des marques d’intérêt de la Caisse des Dépôts et des lettres d’intention de leurs banques pour l’investissement, estimé entre 50 et 70 M€.

Une commission de sélection constituée entre autres par l’EPF Martinique et par la commune des Trois-Îlets se réunira le 9 janvier prochain. Elle prendra sa décision en fonction de quatre critères, à commencer par le domaine d’expertise, les références et l’expérience du porteur de projet. Il s’agit de juger de sa capacité à exécuter le service et d’assurer la pérennité de la structure (sur 10 points). Le deuxième critère concerne le business plan, à savoir la qualité de l’offre, la pertinence du schéma d’acquisition et d’exploitation, la solidité de l’analyse stratégique et de la structure d’exploitation (sur 25 points). Le troisième critère est le dossier technique : sa qualité, les moyens matériels et humains pour sa réalisation, le planning (sur 25 points). Le dernier critère concerne le dossier financier, à savoir la capacité financière du candidat, son taux d’endettement, la cohérence et la viabilité des investissements (sur 40 points).

La décision est attendue avant l’entrée dans la phase active des élections municipales.

Ce dossier est emblématique. D’une part, pour la première fois, des acteurs économiques locaux de premier plan (Somes, groupe Créo, Cinémas Élyzé…) exerçant hors du secteur hôtelier s’y investissent. Les groupes GBH et Dubrueil s’intéressent également à l’hôtellerie. Des diversifications sont envisagées par ces acteurs économiques de premier plan parce que leurs secteurs historiques (l’alimentaire, la distribution, les véhicules, les cosmétiques…) sont en bouleversement profond. Personne n’est aujourd’hui capable de dire qu’ils seront encore les champions de demain.

D’autre part, les références financières des partenaires sont plus solides que lors des précédents tours de table. Enfin, la relance de ce site avec des projets de 4*, voire de 5* version palace, sera un booster pour la destination.

Souhaitons que la période préélectorale, malheureusement habituelle de petits arrangements entre amis-de-trente-ans, ne viendra pas perturber un processus qui a été jusque-là remarquable. Souhaitons surtout que la décision audacieuse qui sera prise soit porteuse d’espoir pour la destination.

Ancien site à Saint-François : au point mort

En 2016, le promoteur Lafayette Immobilier a remporté l’appel à manifestation d’intérêt organisé par la ville de Saint-François sur les 3h du site de l‘anse Champagne à Saint-François pour la réimplantation d’un site hôtelier, suite à la liquidation du Kalenda

Les travaux devaient débuter en juin 2017 pour créer un 5* sous l’enseigne Carib’Inn Golf Resort. Après un investissement de 45M€, il devait comporter une trentaine de villas suites et un hôtel de 70 suites de 50 m2 et ouvrir en 2018. Les travaux n’ont pas commencé et le projet est au point mort.

Hôtel Batelière : rénovation en 2020

Le groupe Monplaisir annonce le lancement, en mai 2020, de la rénovation de l’hôtel La Batelière, sur la commune de Schœlcher, en Martinique. Ainsi, 35 M€ devraient être investis pour refaire les 193 chambres, la restauration de plage (le Lili’s) et la restauration principale, les parties communes, les cuisines, la réception, et pour déplacer les bars de manière que les clients ne tournent plus le dos à la mer. L’hôtel a un taux d’occupation de 74 % et sa clientèle est à 70 % d’affaires. La Caisse des Dépôts devrait accompagner cette rénovation : l’accord de financement devrait être formalisé en janvier 2020. Le groupe envisage également d’augmenter de 60 unités le nombre de chambres au Club Méditerranée, dans le sud de la Martinique, pour le porter à 350 chambres. L’agrandissement devrait s’effectuer sur l’actuel emplacement des terrains de tennis, qui seront déplacés. Ces 60 nouvelles chambres seront regroupées autour d’une piscine, dans un espace zen destiné aux adultes.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :