Économie

Relance du site du Kalenda : jury et vote, un processus exemplaire

Relance du site du Kalenda : jury et vote, un processus exemplaire

Pour éviter toute suspicion sur ce dossier sensible, l’évaluation des offres a été organisée par une commission de sélection ad-hoc constituée par l’EPF MARTINIQUE, la commune des Trois-Ilets, et “de toutes les institutions ou organismes disposant de l’expertise ou susceptible d’apporter un éclairage pertinent sur l’analyse des propositions” comme indiqué en p3 de son processus […]

Pour éviter toute suspicion sur ce dossier sensible, l’évaluation des offres a été organisée par une commission de sélection ad-hoc constituée par l’EPF MARTINIQUE, la commune des Trois-Ilets, et “de toutes les institutions ou organismes disposant de l’expertise ou susceptible d’apporter un éclairage pertinent sur l’analyse des propositions” comme indiqué en p3 de son processus de sélection. Beaucoup de soin a donc été mis pour la préparation et la constitution du jury. Il y avait donc 16 membres votants et des experts. La parité hommes/femmes était respectée ainsi que l’équilibre majorité/opposition parmi les membres du conseil municipal. N’étaient retenus que des élus en charge du secteur concerné. La composition du jury a en outre été tenue secrète jusqu’au jour J pour éviter toutes tentatives d’influence.

Pour constituer le jury, l’EPF Martinique avait en outre lancé une invitation large à des organismes pouvant être intéressés par ce dossier : Medef, services de l’Etat (Direction régionale des finances publiques-DRFIP, Déal, Drac, Sgar, Direction de la mer), Comité martiniquais du tourisme. Seul le Medef a répondu favorablement à l’invitation. Le Comité martiniquais du tourisme a décliné (!) ainsi que tous les services de l’Etat. Or, ce dossier particulier était peut être la première occasion de mettre en action en Martinique la loi pour un État au service d’une société de confiance (ESSOC) entrée en application en mai 2019. Cette loi qui a pour but de rebâtir la confiance entre les usagers (entreprises et particuliers) et l’administration, préconise que les services de l’Etat sortent de leur unique rôle de contrôle et de sanction. Sur ce dossier, les services de l’Etat ne votaient pas. Ils auraient pu en revanche être des experts précieux pour éviter les erreurs qui ralentissent l’avancée administrative des dossiers (permis de construire, études d’impacts divers…). Ils sont en effet les premiers intéressés : la DRFIP pour le financement puisqu’il y aura des fonds publics dans cet investissement de 50M€, la Deal par rapport à la protection de l’environnement, la Drac, parce qu’une telle implantation impactera la culture du territoire, le SGAR pour l’emploi, la Direction de la mer puisque certaines des activités prévues la concerneront.

Pour chaque candidat, le temps de présentation était scrupuleusement chronométré (40 minutes), ainsi que celui des questions/réponses (40 minutes également). De même, après la présentation de chacun des quatre dossiers que chaque membre du jury avait eus au préalable entre les mains, aucun débat n’a eu lieu afin que chacun vote en son âme et conscience.

A l’issue de l’audition, un classement par ordre décroissant de score a été établi et le candidat retenu est celui qui a obtenu la meilleure note.

Partager cet article :
»

Suggestion d'articles :