On en parle

Plan logement outre-mer 2019-2022 : 4 axes, 77 mesures

Plan logement outre-mer 2019-2022 : 4 axes, 77 mesures

Treize pour cent des habitants des outre-mer vivent dans des conditions d’habitat insalubre.

Treize pour cent des habitants des outre-mer vivent dans des conditions d’habitat insalubre. Fort de ce constat, le gouvernement vient de présenter un nouveau plan logement outre-mer. L’objectif est de faciliter l’accession sociale à la propriété, de produire des logements par la construction de bâtiments neufs mais aussi par la rénovation et la réhabilitation du parc existant et l’aménagement du foncier.

Ce nouveau plan 2019-2022 rétablit une aide à l’accession spécifique en outre-mer. Des offices fonciers solidaires seront créés. Ils permettront de dissocier la propriété du bâti du foncier, ce qui devrait diminuer le coût d’accession au logement pour les ménages modestes.

Ce plan va relancer la construction avec l’adaptation des réglementations et normes existantes aux particularités des outre-mer et favoriser la construction de logements sociaux. Dans ce cadre, Action Logement prévoit 1,5 Md€ pour améliorer le parc privé, la production, la réhabilitation du parc social et développer le logement intermédiaire. Action Logement va lancer trois appels à manifestations d’intérêt concernant, pour la Guadeloupe, l’éradication du parc social indigne et le développement d’une offre locative en centre-ville et centre-bourg ; pour la Guyane, la régularisation des constructions informelles par le traitement de l’habitat insalubre et le développement d’une offre locative dans les centres existants ; et, pour la Martinique, la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs ainsi que la construction d’une offre locative pour les jeunes.

Ce plan prévoit également de dynamiser la réhabilitation du parc social et privé vieillissant grâce à l’extension des crédits d’impôt au bénéfice des opérations de réhabilitation et de démolition du parc social et l’extension de la prime à la rénovation énergétique aux propriétaires occupants modestes dès 2020, aux propriétaires bailleurs en 2021.

Enfin, ce plan encourage l’utilisation de matériaux de construction locaux. Il a été paraphé par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), l’Agence française de développement (AFD), Action Logement, l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), CDC Banque des territoires, CDC Habitat, la Fédération des entreprises d’outre-mer (FEDOM), la Fédération des entreprises publiques locales (EPL), la Fédération française du bâtiment (FFB), la Fédération solidaire pour l’habitat (SOLIHA), l’Union sociale pour l’habitat (USH), l’Union sociale pour l’habitat outre-mer (USHOM), l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL).

Partager cet article :

Suggestion d'articles :