Questions à ...

Marc Tirel: “Voyage en émergence”

Marc Tirel: “Voyage en émergence”

Pour Marc Tirel, l’accélération technloogique oblige l’Homme à réfléchir à qui il est.

Vous venez d’écrire un ouvrage que vous avez intitulé “Voyage en émergence” : de quoi s’agit-il ?

Il s’agit de tout ce qui est en train de naître et que les gens ne voient pas forcément, soit parce qu’ils ne prennent pas le temps, soit parce qu’ils n’ont pas l’approche qu’il faut. La particularité du moment est que les émergences arrivent de partout à la fois, aussi bien des technologies, de l’économie, que du monde de l’entreprise, de la philosophie… Mon propos est donc de trouver toutes ces petites pousses qui sont déjà là et qui vont changer nos vies, la vie des entreprises dans un an, dans six ans, 20 ans. Il est difficile de mesurer le temps, mais elles sont là et j’essaie de les capter.

Que voyez-vous de ces signes mous pour l’instant et qui impacteront nos vies ?

Contrairement à ce qui se passait voilà 20 ou 30 ans, où il était relativement facile d’imaginer ou de prévoir ce qu’il allait advenir, aujourd’hui, c’est beaucoup plus difficile parce que tout va très vite et que cela s’accélère. Aussi bien au niveau technologique qu’au niveau humain : tout est complètement chamboulé, provoquant une perte de repères, y compris de la part des chefs d’entreprise, qui se demande par exemple “dans six mois, qu’est-ce que je vais pouvoir faire ? est-ce que je vais pouvoir assurer mon revenu économique ?” Il y a donc à apprendre à naviguer avec une visibilité égale à zéro. Or les gens n’y sont pas habitués. C’est un changement de paradigme économique et culturel.

Quelles sont les choses potentielles structurelles pour demain que vous avez déjà repérées ?

Il y a par exemple l’intelligence artificielle : on ne pourra pas y échapper, c’est ce qu’en feront les hommes qui déterminera si cette approche est bonne ou mauvaise. Les intelligences créées sont aujourd’hui très limitées, mais demain il n’est pas impossible qu’elles investissent tous les champs de l’humain, tous les champs de la société et qu’elles fassent que beaucoup de personnes se retrouvent sans travail traditionnel. Ce qui veut dire qu’à un moment il faudra repenser l’Homme, ce qu’il fait, pourquoi il le fait. Je pense que cela amènera les personnes à aller vers plus de créativité que vers des travaux répétitifs qui seront faits par l’intelligence artificielle.

Cette mutation peut aller très vite : les véhicules autonomes sont déjà là. Par exemple, il n’y aura plus besoin de chauffeurs de camion, de taxi, apprendre à conduire ne deviendra plus nécessaire, etc.

Au niveau économique, il y a quelque chose qui est apparu en 2008, il s’agit de la monnaie électronique. Il n’y a pas que le Bitcoin : il y en a plein d’autres. Par exemple, aujourd’hui, il y a des entreprises qui créent leur propre monnaie, des jetons, échangeables avec de l’euro et d’autres monnaies cryptées. C’est là aussi une lame de fond : jusqu’à présent, l’argent était créé uniquement par le réseau bancaire. Demain par exemple, Réseau Entreprendre pourra créer sa propre monnaie, pour créer de la confiance… Techniquement, tout est là : maintenant, reste à savoir ce que cela va changer dans les relations entre les acteurs établis et les autres.

Comment rester serein face à ces changements ?

La première manière est de développer une intériorité, un retour sur soi en profondeur en développant des qualités comme l’intuition, parce que nous n’aurons pas assez de notre cerveau pour prendre des décisions sages. Revenir aux traditions anciennes, s’intéresser aux peuples premiers pour voir comment eux faisaient corps avec la nature. Chercher en soi les ressources qui sont présentes partout, ainsi que renouer avec une notion de verticalité, en s’éloignant des dogmes. Cette quête devra être faite par tous.

 

Voyages en émergences”, Contes et réflexions pour un monde à venir, Marc Tirel, Editions franciscaines

Partager cet article :

Suggestion d'articles :