Médiation

L’intelligence émotionnelle : une alliée

Dans des marchés concurrentiels tels que ceux des Antilles-Guyane, les entrepreneurs font feu de tout bois pour se démarquer, séduire et fidéliser leur clientèle. Or, au-delà d’un service ou d’un produit de qualité à un prix raisonnable, le contact humain est déterminant dans le processus de choix du client.

Dans des marchés concurrentiels tels que ceux des Antilles-Guyane, les entrepreneurs font feu de tout bois pour se démarquer, séduire et fidéliser leur clientèle. Or, au-delà d’un service ou d’un produit de qualité à un prix raisonnable, le contact humain est déterminant dans le processus de choix du client. Quelques pistes pour développer l’intelligence émotionnelle des membres de vos équipes et donner un coup de pouce à votre activité.

 

1/ Identifier et verbaliser ses émotions

Savoir reconnaître et verbaliser clairement ses émotions, tout comme prendre en compte ses intuitions, sont autant de comportements que le milieu de l’entreprise est peu enclin à encourager. Or, il a été prouvé que maîtriser ces réflexes permettrait d’accélérer le processus de prise de décision de façon générale et en situation de stress en particulier.

Par ailleurs, les chefs d’entreprises qui savent se montrer humains face à leurs salariés encouragent l’esprit d’équipe et peuvent créer l’émulation nécessaire pour susciter davantage d’implication. Admettre ses craintes face à un projet en déclarant “Je reconnais que ce projet peut faire un peu peur, mais voilà nos atouts…”, en est un exemple. En tant que leader, savoir verbaliser une émotion collective ne fera que renforcer les liens et la confiance de l’équipe envers vous. En tant que membre de l’équipe, cela permet de déceler d’éventuels écueils pour mieux les surmonter.

Pour cela, développez votre vocabulaire émotionnel afin de trouver les termes les plus appropriés à votre environnement professionnel. On distingue quatre émotions de base à savoir la peur, la colère, la tristesse et la joie. A partir de là, plutôt que de dire “je vais mal”, préférez des termes plus précis tels que “énervé”, “inquiet”, “anxieux”, “dépité”, “outré”, “mélancolique”, etc.

 

2/ Relâcher la pression

Bien souvent, l’anxiété professionnelle ,qui mène au burn-out dans certains cas, est la conséquence de l’accumulation d’émotions refoulées et de contrariétés qui s’additionnent. Pour pallier ce genre de situation, il est conseillé de procéder à quelques exercices simples de relaxation pour mieux lâcher prise. Dénouer les muscles dorsaux grâce à des étirements, prendre deux minutes pour se concentrer sur sa respiration les yeux fermés ou encore masser ses tempes, son cou et ses mains en sont autant d’exemples.

Le lâcher-prise passe également par la capacité à pardonner pour ne pas laisser s’envenimer un conflit. En voici les étapes : prendre le temps de reconnaître la blessure, la révéler à l’autre et éventuellement échanger à ce sujet, puis décider ensemble de repartir sur de nouvelles bases. Plus facile à dire qu’à faire, ce processus est pourtant essentiel, en particulier au sein d’une équipe de travail.

 

3/ Savoir écouter

La capacité d’écoute, loin d’être innée, est primordiale pour le bon fonctionnement d’une équipe. Or, savoir écouter est un art négligé par certains et en particulier dans le milieu professionnel. Pour développer une écoute de qualité, il est avant tout important de mettre ses apriori de côtés et de différencier l’interlocuteur de ce qu’il exprime. Par exemple, émettre une critique ne veut pas dire que la personne qui la formule ne vous apprécie pas. Il faut donc se montrer réceptif et ne pas chercher à contredire coûte que coûte son interlocuteur. Il est également important d’éviter de se montrer pressant ou agacé, car cela aura pour conséquence de déstabiliser l’interlocuteur qui préfèrera différer l’échange. Enfin, il est conseillé de résumer le propos de l’interlocuteur afin d’être sûr de l’avoir saisi et ne pas laisser de place aux fausses interprétations.

 

A RETENIR :

> Identifier et verbaliser ses émotions en développant un vocabulaire émotionnel riche et ainsi trouver les termes les plus appropriés à votre environnement professionnel.

> Relâcher la pression en procédant à quelques exercices simples de relaxation et en développant sa capacité à pardonner.

> Développer une écoute de qualité tant des collaborateurs que des clients.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :