Editorial

Le coronavirus rebat les cartes : les impossibilités d’hier sont envisageables aujourd’hui !

Le coronavirus rebat les cartes : les impossibilités d’hier sont envisageables aujourd’hui !

Inter-Entreprises est au cœur de l’actualité et justifie pleinement le rôle qu’il s’est attribué : celui de “Décoder le présent pour mieux construire l’avenir !” Le coronavirus se développe partout dans le monde, les Bourses tanguent. François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France, nous certifie que les banques centrales ont des outils […]

Inter-Entreprises est au cœur de l’actualité et justifie pleinement le rôle qu’il s’est attribué : celui de “Décoder le présent pour mieux construire l’avenir !” Le coronavirus se développe partout dans le monde, les Bourses tanguent. François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France, nous certifie que les banques centrales ont des outils pour faire face à une brutale récession (p16). Cependant, ne vivons-nous pas en direct la fin du modèle mondialisé qui, jusqu’alors, était considéré comme le seul crédible par nos dirigeants ?

Alors que Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire de France, vient d’être fermée, Jean-Bernard Levy, Pdg d’EDF, confirme que le développement des énergies renouvelables est stratégique pour l’énergéticien national (p18)… On s’en doutait depuis un moment, au regard des moratoires et autres techniques utilisées pendant ces dix dernières années pour ralentir l’injection des ENR sur leur réseau. EDF devient même le champion de l’incitation à l’autoconsommation, alors qu’un discours, encore récent, la déclarait impossible !

Les transformations radicales touchent également la téléphonie. Orange veut être premier sur tous ses métiers d’ici à 2025 (p44). Fabienne Dulac, directrice générale d’Orange France, explique comment, et les Antilles-Guyane devront prendre leur part à cette transformation.

Parallèlement, Xavier Niel, patron de Free toujours attendu aux Antilles-Guyane malgré les fréquences attribuées en 2016, envisage de renforcer la branche presse de son groupe… en déposant une offre tardive pour la reprise des France-Antilles Martinique, Guadeloupe et France-Guyane (p36). ça fait juste un peu bizarre, parce que Free n’est pas en très bonne forme…

Au milieu de ces tumultes, Bruno Lasserre, aujourd’hui président du Conseil d’Etat, et dans une vie récente, à la tête de l’Autorité de la concurrence, continue à vouloir “aider chacun à mieux vivre”, quitte à retoquer le projet de loi sur la retraite du gouvernement (p14).

Décidément, nous vivons une époque formidable ! Mais elle est aussi confuse : Marché Péyi, une nouvelle enseigne ne diffusant que des produits artisanaux et de l’industrie locale en Martinique avec une approche originale (p20), s’est retrouvée vandalisée par un groupe se revendiquant anti-esclavagiste et demandant réparation pour la pollution des terres au chlordécone par les producteurs de bananes. Seul problème : ceux qui ont ouvert Marché Péyi sont les héritiers de Bernard Fabre, ancien président de la Chambre de commerce, pas de  Marcel. Un prénom vous manque…

Partager cet article :

Suggestion d'articles :