Stratégie

Impact du premier confinement aux Antilles et en Guyane : les revenus baissent partout !

Impact du premier confinement aux Antilles et en Guyane : les revenus baissent partout !

Selon l’Insee, 30 % des Guyanais, 28 % des Guadeloupéens et 28 % des Martiniquais ont vu leurs revenus baisser après le premier confinement.

Les antennes de l’Insee de Guadeloupe de Guyane et de Martinique viennent de sortir, coup sur coup, deux enquêtes qui jettent un regard cru sur la situation des habitants des Antilles et de la Guyane. Le premier concerne la santé de ces populations : sur les 20 dernières années, leur santé s’est incontestablement dégradée.

La seconde enquête concerne l’impact du premier confinement sur la situation financière des populations. Ces données sont tirées d’une étude de l’Inserm et de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) et de l’enquête EpiCov (Épidémiologie et conditions de vie sous le Covid-19) menée en juin 2020 entre autres auprès de 2000 personnes de Guadeloupe et 2000 personnes de Martinique. La Guyane n’a pas été incluse dans cette enquête nationale. En revanche, l’Insee de ce territoire a mené sa propre enquête qui corrobore ces tendances avec un impact encore plus important.

Un impact terrible sur les plus modestes

Donc, pour ceux qui en doutaient encore, l’impact du premier confinement a été terrible dans ces territoires, surtout pour les plus modestes de leurs habitants : 30 % des Guyanais, 28 % des Guadeloupéens et 25 % des Martiniquais ont vu leurs revenus baisser, et ce malgré les mesures d’accompagnement du gouvernement.

Sur 10 personnes ne s’en sortant pas habituellement sans dettes, 6 ont perçu une dégradation de leur situation financière. Le nombre d’allocataires au revenu de solidarité active (RSA) a augmenté de 3 % dans chacun des territoires, où désormais un foyer sur cinq est concerné par le RSA, contre 1 foyer sur 20 en France continentale. Si l’épargne a augmenté pendant cette période dans ces territoires, cette augmentation concerne les familles aisées, tandis que les familles modestes ont vu leur endettement augmenter sur la période.

Double peine avec les difficultés de connexion

Les personnes en emploi n’ont pas été épargnées par la baisse de revenus (30 % des sondés en Martinique, 29 % en Guadeloupe), surtout celles qui n’ont pas pu télétravailler ou encore qui occupaient un emploi informel. Le télétravail a surtout été possible pour les professions intellectuelles supérieures (71 % en Guadeloupe, 65 % en Martinique) et les professions intermédiaires (41 % en Martinique, 45 % en Guadeloupe). En revanche, pour les employés (31 % et 22 % respectivement pour la Guadeloupe et la Martinique), les artisans/commerçants (27 % et 11 %), la proportion de télétravailleurs est nettement plus faible. En Guyane, les difficultés de connexion partout sur le territoire ont limité le recours au télétravail.

Les intérimaires, particulièrement les jeunes, ont été impactés par le confinement. En Guyane, le nombre de CDD a chuté de 37 %, ce qui représente une perte de 2200 emplois. En Martinique, la chute a été de 49 %, soit l’équivalent de 8300 emplois. En Guadeloupe, la baisse a été de 46 %, soit l’équivalent de 5700 emplois. Du côté des moins de 25 ans, outre de ne pas avoir pu avoir accès aux emplois temporaires dans les secteurs fermés administrativement (hôtellerie, restauration…), ils ont eu en outre beaucoup de mal à accéder au dispositif Garantie Jeunes à cause de la fermeture des centres dans les trois territoires : 550 jeunes ont été aidés de cette manière en Guyane en 2020 contre 710 en 2019 ; 500 contre 630 en 2019 en Guadeloupe ; et 1280 contre 1740 en 2019 en Martinique.

Les inégalités hommes/femmes se creusent

Les femmes ont également payé un plus lourd tribut à la crise : elles ont moins signé de CDI que les hommes (-14 % pour elles contre -5 % pour les hommes en Martinique, -19 % pour les femmes contre -15 % pour les hommes en Guadeloupe). En outre, dans ces territoires où les femmes occupent des postes plus précaires que les hommes, la crise sanitaire a aggravé les inégalités. Enfin, 66 % des commerçants et artisans de la Martinique, deux artisans et commerçants sur trois de Guadeloupe ont constaté une dégradation de leur activité durant cette période.

L’Insee ne dévoile pour l’instant aucune donnée de suivi des situations jusqu’en juin 2021, douze derniers mois durant lesquels les trois territoires ont connu de nouvelles situations de confinement et d’arrêt d’activité. Les situations se sont sans doute encore détériorées.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :