Stratégie

Guadeloupe Pôle Caraïbes se prépare pour 3 millions de passagers

Guadeloupe Pôle Caraïbes se prépare pour 3 millions de passagers

Une équipe projet de neuf personnes porte le dossier de 247 M€ d’investissement.

Incontestablement, l’activité de la plate-forme aéroportuaire Guadeloupe Pôle Caraïbes est en phase ascendante : “Depuis 2014, Guadeloupe Pôle Caraïbes a repassé la barre des 2 millions de passagers et, depuis cette date, le trafic a progressé de 20 %. C’est grâce au terminal régional inauguré en 2014 que nous avons pu absorber cette augmentation remarquable, sans que la qualité du service soit affectée”, explique, fier, Alain Bièvre, président du directoire de Guadeloupe Pôle Caraïbes depuis cinq ans. En décembre dernier, il a été renouvelé dans ses fonctions pour cinq ans ainsi que Jérôme Siobud, directeur des opérations, et Daisy Adélaïde, directrice administrative et financière.

Durant ces cinq dernières années, cette performance a été possible grâce au développement du trafic low cost long, à la dynamique touristique avec la rénovation, à l’ouverture d’hôtels, au développement de l’offre en Airbnb, à la modernisation des flottes par Air France, Corsair et Air Caraïbes, et à l’arrivée de nouvelles compagnies telles Level, Air Belgium et tout récemment JetBlue.

Pour poursuivre son développement, la plate-forme doit se transformer : “Nous avons lancé un plan d’investissement total de 247 M€ qui doit nous permettre d’atteindre en 2023 le chiffre de 3 millions de passagers.” C’est l’ambition du plan stratégique de tous les partenaires de la plate-forme à 2025.

 

Cinq ans de travaux, 247 M€ d’investissements

Un certain nombre d’investissements sont en cours, comme la nouvelle station de balisage, le nouveau hangar de la compagnie Air France, la rénovation des voies de circulation entre la piste et les zones de stationnement des avions. D’autres sont en cours, comme le désamiantage et la déconstruction de l’aérogare du Raizet ainsi que la rénovation de la boucle haute tension… Le plus important sera l’extension du terminal principal (voir encadré).

Pour réaliser cette extension, Guadeloupe Pôle Caraïbes a fait le choix de lancer un concours pour avoir un maître d’œuvre qui va l’accompagner dans les études et dans le choix des entreprises qui vont réaliser le chantier. La gouvernance de Pôle Caraïbes aura son mot à dire sur le choix des entreprises, sur leur solidité financière, sur leurs références. “Pour suivre les travaux, nous avons constitué une équipe de neuf personnes, principalement des ingénieurs, qui sont impliquées dans la réalisation et la bonne fin du chantier. En outre, sept personnes vont suivre précisément la construction. De même, en ayant été chef de projet pour la construction de Guadeloupe Pôle Caraïbes, je sais que le projet qui a été signé n’est jamais ce qui sera construit cinq ans après. Dans le cas d’espèce, nous avions fait 42 modifications entre le projet et celui qui a été livré.

C’est un choix différent de celui fait par la Samac pour l’extension de Martinique Aimé-Césaire. La Samac a en effet opté pour un contrat de conception/réalisation pour lequel elle a signé avec l’entreprise lauréate pour un objet à réaliser, à un prix donné et dans un délai imparti. Aucune modification n’est possible une fois le contrat signé et elle n’a pas d’indications à donner quant aux entreprises choisies, ni sur leur qualité, ni sur leur solidité financière. Pour la Samac, il n’est pas nécessaire d’avoir une équipe projet en interne.

 

Vers la neutralité carbone

Cet agrandissement, travaillé de longue date, est adossé à un modèle de croissance continue du trafic : qu’en sera-t-il si le trafic n’est pas au rendez-vous ? Pour Alain Bièvre, le premier objectif est que Pôle Caraïbes remplisse sa mission de support au développement de l’activité économique de la Guadeloupe : “Tout d’abord, avec le niveau actuel du trafic, si nous ne faisions pas cet investissement, notre plate-forme deviendrait à court terme un frein au développement de la Guadeloupe. Ensuite, si l’augmentation du trafic n’est pas au rendez-vous, nous avons prévu de phaser nos investissements pour ne pas altérer la rentabilité de l’établissement. Enfin, nous avons basé notre plan d’affaires sur un accroissement de 2 % de trafic alors que nous avons connu une hausse moyenne de 4 % par an sur la période précédente. Nous avons donc été prudents et, en l’étant, nous devrions dépasser les 3 millions de passagers en 2028 !” détaille-t-il, confiant.

Cet investissement important arrive en outre à un moment où le trafic aérien est accusé de tous les maux. “Le transport aérien contribue en effet à hauteur de 2 % au réchauffement climatique. Il est exact que ramené à chacun des passagers transportés, l’impact est plus fort. Chacun doit prendre sa part pour faire baisser le réchauffement climatique : c’est pour cela qu’une industrie telle que notre plate-forme développe depuis six ans une politique de responsabilité sociétale volontariste pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’objectif est d’arriver à la neutralité carbone. Par exemple, alors que notre trafic a augmenté de 20 %, l’empreinte carbone de la plate-forme a baissé de 20 % dans le même temps. Aujourd’hui, notre activité émet 6200 tonnes de CO2 par an : l’Airport Carbon Accreditation nous contrôlera chaque année jusqu’à ce que nous parvenions à la neutralité. Il y va de la pérennité de notre activité.”

 

 

Pôle caraïbes 2019 :  Chiffres clés 

> Nombre de passagers : 2,4 M (+1,9 %) dont 75 819 en transit (-8,3 %). Guadeloupe Pôle Caraïbes, 1er aéroport des DOM suivi de La Réunion (2,4 M, +0,5 %) et la Martinique (2 M, +3,6 %).

> Fret : 11 915 tonnes (-7%)

> Mouvement d’avions : 28 308 (-1,7%)

> Trafic, part de marché (variation) :
– vers France hexagonale : 62% (+5%)
– vers la Martinique et la Guyane : 18% (-1%)
– vers les îles du Nord : 8% (+1%)
– vers US/Canada : 6% (-7%)
– vers la Caraïbe : 4% (+3%)
– vers reste de l’Europe : 2% (-7%)

Compagnies (part de marché) :
– Air Caraïbes (33%)
– Air France (29%)
– Corsair (12%)
– Air Antilles (11%)
– Level (5%)
– XL (3%)
– Norwegian (2%)
– Air Canada (1%)
– Néos (1%)
– Alitalia (1%)
En 2019, deux compagnies ont disparu : il s’agit de Norwegian et XL. Guadeloupe Pôle Caraïbes espère compenser la perte de 120 000 passagers avec les liaisons de JetBlue vers les États-Unis, le renforcement des rotations d’Air Canada et de l’offre d’Air Caraïbes en long-courriers.

> Nombre de collaborateur : 210

> Chiffre d’affaires : 60M€

 

Travaux au terminal international 

> Deux nouveaux postes de stationnement gros porteurs entre la zone de fret et ceux du terminal T1

> Nouveaux bâtiments Opérations

> Extension de la salle de livraison des bagages.

 

Agrandissement du terminal régional 

> Création d’une salle de livraison, notamment pour faciliter les navettes entre la Guadeloupe et la Martinique.

> Création d’un nouvel espace duty free, juste après l’espace contrôle de sûreté.

> Renforcement de la piste pour l’accroissement du trafic long-courrier

> Installation d’une nouvelle passerelle de liaison entre le terminal international et régional pour faciliter les flux de passagers entre les deux terminaux

 

 

 

 

 

 

Partager cet article :

Suggestion d'articles :