Transport

Grand port maritime de Martinique : se transformer en attendant la reprise

Grand port maritime de Martinique : se transformer en attendant la reprise

Le Grand port maritime de la Martinique subit la crise.

En 2020, du fait de la crise sanitaire, le trafic du Grand port maritime (GPM) de la Martinique a baissé globalement de 16 %. Plus précisément, le volume en vrac a baissé de 19 %, et singulièrement le vrac liquide (-21 %). C’est dans ce volume que se situent les importations de pétrole brut et les éventuelles exportations de la raffinerie Sara vers la Guadeloupe et la Guyane. Le transport aérien étant durement impacté et les déplacements terrestres restreints en Martinique, la Sara approvisionnant de plus en plus la Guadeloupe de brut déjà raffiné venant d’autres provenances, le modèle de la Guyane évoluant également, la lente érosion des quantités observées par le GPM de Martinique se confirme d’année en année.

Parallèlement, le trafic à destination de la centrale EDF de Bellefontaine a progressé de 8 %. Cela s’explique par la montée en puissance des énergies renouvelables, qui nécessitent davantage d’énergies fossiles en début de cycle. Le volume de biomasse importée continue à progresser (+1 %), représentant désormais de 50 % du volume de vrac transitant sur le grand port. De son côté, l’importation de clinker a lourdement chuté en 2020 (-28 %) à cause la crise du BTP.

En ce qui concerne le trafic par conteneurs, le recul est de 8 %. Plus en détail, le trafic de marchandises a baissé de 13 %, tandis que le trafic de conteneurs vides a progressé de 4 % (+ 61 031 équivalents 20 pieds), raréfiant de facto la disponibilité de boîtes pour de futurs transports. Cette stratégie de sortie de boîtes des lignes appliquée par les compagnies explique la pénurie de conteneurs qui touche le trafic maritime depuis quelques mois.

Autre raison : la banane a vu son trafic baisser de 11 %, et 2020 a été une année noire pour le transbordement : -48 % en volume. Cette contre-performance s’explique d’une part parce que la ligne positionnée par CMA CGM venant du sud de la Caraïbe n’a pas trouvé ses clients, d’autre part parce que la compagnie maritime a déplacé sa ligne venant du Brésil opérée en Martinique vers le GPM de Guadeloupe étant donné que ce grand port possède quatre portiques pour opérer plus rapidement les bateaux contre trois en Martinique. Le trafic domestique, en légère hausse, n’a pas compensé cet effondrement.

Le port travaille à sa transition énergétique en équipant son réseau d’éclairage de LED et en se préparant à devenir un fournisseur d’énergie pour ses clients armateurs. Ce projet devrait représenter l’équivalent de 15 % de la production d’énergie de la Martinique.

Partager cet article :
«

Suggestion d'articles :