À la une

Emmanuel Macron en Martinique : “Sortir du mensonge collectif !”

Emmanuel Macron en Martinique : “Sortir du mensonge collectif !”

Chlordécone, santé, abattement fiscal : Emmanuel Macron veut initier de nouvelles manières de faire Outre-mer. Les mots ne seront plus suffisants.

Nous devons regarder en face une réalité économique, sanitaire et environnementale” : le Président Emmanuel Macron, en visite en Martinique, était très attendu sur la problématique de la chlordécone, cette molécule qui empoisonne deux tiers des sols de la Martinique et la moitié de la Guadeloupe pour plus de 1000 ans ! La chlordécone a été utilisé dans les bananeraies  dans les Antilles françaises entre 1972 et 1993, soit trois années supplémentaires de dérogation après l’interdiction en France continentale.

Le Président Macron propose de sortir de cet “aveuglement collectif”, entretenu par des lobby encore actifs et des élus locaux peu regardant. Il reconnaît donc, au plus haut niveau de l’Etat, ce “scandale environnemental”, confirmant la responsabilité de l’Etat dans cette pollution et annonce vouloir commencer à emprunter le “chemin de la réparation”.

Pollueurs payeurs ?

La réparation sera tout d’abord collective avec la poursuite des plans de recherche et de prévention menés par l’INRA, le Cirad, l’IRD, l’Inserm. L’heure est peut être venu aussi d’entamer une communication institutionnelle plus transparente vers les populations : après le site www.planchlordeconemartinique.fr, mis en ligne en en janvier 2018 présentant une carte interactive des zones polluées, un “colloque scientifique et d’information sur la pollution par la chlordécone” est prévu en Martinique du 16 au 18 octobre prochain, et le 19 octobre en Guadeloupe.

Le président Macron a également annoncé une réparation individuelle  avec le lancement d’une “procédure d’ouverture du registre des maladies professionnelles par le gouvernement dès le 2 octobre pour le régime général de la Sécurité sociale et le 9 octobre pour le régime agricole” à destination de la population des ouvriers agricoles les plus exposés au pesticide.

Il est également question de baisser les limites maximales de résidus (LMR) dans le corps humain et non plus de tolérer qu’il soit multiplier par 5 voire 10 pour la chlordécone aux Antilles. En revanche, aucune annonce sur la mise en place de stratégie de dépollution accélérée des terres polluées, de processus efficaces de contrôle des productions, de mutation de cette économie, ni de faire payer les pollueurs.

Sortir du mensonge collectif

Autre grand sujet abordé par le Président Emmanuel Macron : la santé financière du centre hospitalier universitaire (CHU) de Martinique qui bénéficiera d’une rallonge budgétaire de 40M€ et sa mise en cohérence avec celui de la Guadeloupe pour construire une offre de soins “Caraïbe française”. Pour sortir de la “bagarre” entre CHU qui a lieu depuis de nombreuses années, le Président Emmanuel a posé les chiffres : “Pour qu’un CHU fonctionne bien, il faut un bassin de 2 millions d’habitants, ni la Martinique, ni la Guadeloupe seules ou ensembles n’atteignent ces chiffres !” Il faut selon lui des “stratégies mutualisées à deux” en sortant du “mensonge collectif” qui consistait à promettre les mêmes équipements dans chaque île. Une approche pourtant bien encrée qu’il faudra radicalement transformer.

En ce qui concerne la réduction de l’abattement fiscal 30%, pour Emmanuel Macron, la chose semble entendue, démonstration chiffrée à l’appui. Les députés et sénateurs de la Martinique ne semblent pas du même avis, d’autant que le fonds commun dans lequel seront placés les 700M€ récoltés ne seront pas forcément réinvestis dans le territoire de la collecte puisqu’ils seront fléchés sur des projets pour l’amélioration des conditions de vie des habitants des outre-mer. Cela se réglera à l’Assemblée nationale.

 

Partager cet article :

Suggestion d'articles :