Environnement

EDF Guyane : rénover l’outil

EDF Guyane : rénover l’outil

La Guyane produit 355 MW d’électricité, dont 67 % à partir d’énergies renouvelables.

La Guyane produit 355 MW d’électricité, dont 67 % à partir d’énergies renouvelables. La production est concentrée sur le littoral guyanais. La principale source est hydroélectrique avec la centrale de Petit Saut gérée par EDF qui produit 113,6 MW. EDF gère également deux centrales thermiques, l’une à Kourou (20 MW), l’autre à Dégrad-des-Cannes (20 MW), à Rémire-Montjoly. EDF exploite également la centrale photovoltaïque de Toucan (5 MW).

En outre, Albioma produit 11,5 MW sur son site à Kourou, Voltalia gère deux sites, dont 4,5 MW sur la centrale hydroélectrique de Saut et 1,7 MW sur sa centrale biomasse de Kourou, et enfin Montjoly Solaire Services produit 4,8 MW dans sa centrale photovoltaïque de Montjoly.

En outre, un certain nombre de producteurs d’énergie photovoltaïque produisent ensemble 23,5 MW.

En Guyane, EDF est devant deux problèmes majeurs : rénover, d’ici à 2023 l’équivalent de 120 MW, soit quasiment la moitié de la production actuelle dont les équipements sont totalement obsolètes ; faire face à la pression démographique provoquant un accroissement de la demande de 2,5 % par an.

Pour ce faire, elle doit construire au Larrivot une nouvelle centrale thermique d’une capacité de 120 MW pour remplacer l’unité de Dégrad-des-Cannes. Le début des travaux est prévu pour 2020.

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit en outre de faire émerger 40 MW supplémentaires en énergie continue. Voltalia est en train de construire une centrale biomasse de 5 MW à Cacao. Reste à faire émerger les 35 MW restants. Des projets sont dans les tuyaux portés par Akuo Energy, Voltalia, etc. Un des problèmes majeurs sera la fourniture de biomasse pour faire face à ces nouveaux besoins.

Par ailleurs, trois centrales photovoltaïques vont se construire dans les deux ans par EDF, Voltalia et NW Groupe. Voltalia doit également construire deux batteries de service et d’effacement d’ici à 2020. Par ailleurs, un second barrage hydraulique sera construit sur le fleuve Mana pour sécuriser l’alimentation de Saint-Laurent-du-Maroni et Hydrogène France porte un projet mariant le photovoltaïque, des batteries et de l’hydrogène également dans la zone de Mana.

Par ailleurs, pour les communes de l’intérieur, EDF est en train de concevoir des systèmes autonomes qui devraient voir le jour d’ici à 2021. Pour la commune de Saint-Georges, il mariera d’ici 18 mois de la biomasse, de l’hydraulique et du photovoltaïque, le tout piloté par un logiciel en cours de développement. La commune de Maripasoula devrait suivre.

Entre sa nouvelle centrale, la réfection de son réseau et les installations en communes, d’ici cinq ans, EDF devra investir un total de 850 M€ en Guyane.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :