Editorial

Ecroulement

Ecroulement

Le monde vacille : dans ces périodes incertaines, seule l’action déterminée pour reprendre le cours de son destin est valable.

Y’a comme une impression d’écroulement : La Fed a injecté en catastrophe 53 Md$ de liquidités dans le système financier le 17 septembre dernier et a dû en injecter autant pendant les jours qui ont suivi pour maintenir le système à flot. La dernière fois que la Fed avait agi de la sorte, c’était quelques jours avant la crise financière de 2008.

Plus près de nous, l’acte II de l’ère Macron est en train de mener des réformes au pas de charge. Nous ne les citerons pas toutes. Une qui ne fait pas la une de l’actualité, c’est la revalorisation apparente de l’allocation adulte handicapée à compter du 1er novembre 2019. Apparente parce que, tout en passant à 900e par mois pour un couple, le plafond de ressources est abaissé, ce qui fait que 100 000 bénéficiaires sont exclus de la revalorisation !

La sidération, la fureur et la peine

Plus près de nous, une nouvelle commission chlordécone révèle ce que chaque habitant de Martinique et de Guadeloupe sait dans ses gènes même depuis longtemps. Nous sommes contaminés : 92 % de la population en Martinique, 94 % en Guadeloupe. L’étude Kannari l’a révélé en octobre 2018. Ce que cette commission nous apprend, par la bouche de l’ancien directeur de l’ARS, est que l’État savait depuis longtemps et qu’il a laissé les populations consommer de l’eau polluée au chlordécone en toute connaissance de cause, en faisant même de la désinformation. Nous apprenons aussi qu’aucune analyse des eaux et mers n’a été effectuée dans les zones les plus touchées depuis plus de dix ans.

Comment réagir à des informations aussi dramatiques ? Après la sidération, la fureur et la peine passées, seule l’action déterminée pour reprendre le cours total de son destin est valable.

C’est le même sentiment qui nous habite après que nous avons été condamnés pour diffamation lors de deux procès qui nous opposaient à la coopérative animale Madivial (p. 34). Outre de rappeler tous les procès qui concernent cette organisation, démontrant qu’il y a comme un problème, nous ferons appel et irons jusqu’à la Cour de justice de l’Union européenne si nécessaire, parce que nous voulons simplement pouvoir continuer à faire notre travail. Notre action sera déterminée parce qu’il en va aussi de la morale et de la santé de notre démocratie.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :