Blog de Francette

Ecomax à vendre

Ecomax à vendre

60 magasins de proximité se retrouvent en vente dont 30 en Guadeloupe, 21 en Martinique et 10 en Guyane. Ils peuvent être vendus en un bloc ou par appartement.

C’était l’annonce du jour, à l’ouverture du G7 à Biarritz : accord signé par les principales grandes marques occidentales de la mode et du textile, secteur déclaré très polluant, s’engageant à moins polluer. Après l’euphorie du moment, la réalité du double langage a rapidement repris ses droits. Exactement une semaine après l’annonce, dans une émission économique du samedi matin sur France Inter, l’un des éminents signataires expliquait que le principal de la pollution serait créée au moment de la production de la matière première qu’utilisent les industriels de la mode, donc forcément dans les pays émergents. En revanche, aucune critique de l’accélération de la sortie des collections, passée de tous les six mois à tous les deux mois ; sur la baisse de qualité des produits qui sont vraiment dans de l’obsolescence ultra-rapide, même pour les grandes marques ; sur les choix de production dans des pays où les conditions sociales, environnementales et humaines ne sont simplement pas acceptables, etc., etc. C’en était presque pathétique à l’écouter tellement les propos étaient désincarnés, venant d’une personne qui déclare, les yeux dans les yeux, faire le ménage, mais qui se contente de balancer la poussière sous le tapis. Cela ne crée vraiment pas la confiance !

Ecomax à vendre !

Au plus fort des vacances, le groupe Ho Hio Hen, branche alimentaire, a annoncé à son personnel son intention de vendre le réseau des Ecomax aux Antilles-Guyane. 60 magasins de proximité se retrouvent ainsi en vente dont 30 en Guadeloupe, 21 en Martinique et 10 en Guyane. Ils peuvent être vendus en un bloc : c’est une opération qui pourrait intéresser le groupe Safo, qui pourrait ainsi fortifier sa présence dans le segment de la proximité et au passage son activité de grossiste. Le Guyanais Yan Du pourrait aussi se montrer intéresser : appuyé par Système U et sa communauté d’affaires, il pourrait reprendre ces magasins en même temps que le dernier hyper du groupe Ho Hio Hen encore en vente en Martinique, et ainsi massifier l’activité, la rendre plus viable. Une troisième offre pourrait naître : la reprise par une myriade d’indépendants sous enseigne Lid’l. Venue également de Guyane, l’idée fait son chemin, d’autant que le gouvernement et l’Autorité de la concurrence ont les yeux braqués sur la concurrence dans les outre-mer. Ils veillent d’autant avec l’achat en cours de Vindemia, filiale du groupe Casino, par le groupe GBH, est dénoncé par des élus réunionnais. Ce groupe deviendrait au passage numéro un de la grande distribution dans ce territoire,   comme il l’est déjà en Martinique. La rentrée sera agitée !

Partager cet article :
«

Suggestion d'articles :