Économie

Complémentaire santé obligatoire : les forces en présence

Complémentaire santé obligatoire :  les forces en présence

Trois types d’organismes se partagent le marché de la complémentaire santé : il s’agit des mutuelles, des sociétés d’assurance et des instituts de prévoyance.

Historiquement, trois types d’organismes se partagent le marché de la complémentaire santé : il s’agit des mutuelles (51 % du marché en 2018), des sociétés d’assurance (31 %) et des instituts de prévoyance (18 %). Ce marché, jusqu’alors émietté, est en pleine concentration : selon l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), organisme qui supervise la banque et l’assurance en France, au 1er janvier 2018, il ne restait plus que 267 entreprises d’assurance, 36 institutions de prévoyance et 420 mutuelles. Voilà dix ans, elles étaient respectivement trois cent-quatre-vingt-six, soixante-et-un et neuf cent soixante-treize.

La généralisation de la complémentaire santé d’entreprise en 2016 est en effet venue bouleverser ce marché : les contrats collectifs sont destinés à remplacer progressivement les contrats individuels. Les mutuelles, davantage positionnées sur les contrats individuels (70 % de leur activité), ont ainsi perdu des parts de marché au profit des institutions de prévoyance qui concentrent leur activité sur les contrats collectifs à 87 %. Les sociétés d’assurance sont dans une position intermédiaire avec 51 % des cotisations collectées sur des contrats collectifs, et ce sont elles qui gagnent le plus de points de part de marché, aux Antilles-Guyane aussi. Et elles affichent leurs ambitions, notamment aux Antilles-Guyane.

Pour contrer cette tendance, les mutuelles se regroupent : l’UFR travaille avec Klesia, ensemble né du rapprochement en 2012 des groupes de protection sociale Mornay et D&O. Grâce à ce partenariat de longue date, l’UFR a baissé ses coûts, augmenté son chiffre d’affaires et ses fonds propres. Cette mutuelle fait également preuve d’innovation avec sa récente carte IdiZwi qui met en réseau les professionnels de santé. De son côté, la Mutuelle Mare-Gaillard a été en 2017 membre fondateur du groupe VYV, aux côtés de la MGEN, d’Harmonie Mutuelle, MGEFI, MNT (voir encadré p44).

Cette concentration devrait se poursuivre : certaines mutuelles locales encore indépendantes se retrouvent en effet confrontées aux règles prudentielles toujours plus contraignantes édictées par l’ACPR et connaissent des difficultés d’évolution de leur système informatique par leur éditeur.

Partager cet article :
»

Suggestion d'articles :