Questions à ...

Financement. Trois questions à Philippe Eugène, Directeur des marchés spécialisés Martinique-Guyane au Crédit Agricole

Financement. Trois questions à Philippe Eugène, Directeur des marchés spécialisés Martinique-Guyane au Crédit Agricole

Crédit Agricole Martinique-Guyane : Avoir des dossiers clairs.

Quelles ont été vos performances en 2018 en matière de création d’entreprises ?

Avec 200 M€ investis en 2018, soit 30 % du marché, nous sommes le premier financeur des entreprises en Martinique-Guyane. La création d’entreprises est une petite part de cette activité : elle représente une centaine de projets. Nous aurions pu faire plus si nous avions davantage de demandes. Notre taux de refus oscille en 10 et 12 %, ce qui est faible. Nous finançons aussi bien en besoins en fonds de roulement (BFR), en trésorerie à moyen et court terme qu’en affacturage, etc.

Qu’attendez-vous d’un porteur de projet pour que cela se passe bien ?

Nous préférons des dossiers clairs avec un socle minimum : projet, marché, plan de financement, de trésorerie. Il arrive que nous refusions des dossiers que pour cela, ce qui est dommage. C’est pour cette raison que nous incitons les porteurs de projet à passer par les réseaux d’accompagnement comme Réseau Entreprendre, Martinique initiative, les CCI. Mais le plus important est le porteur de projet lui-même, homme ou femme, il faut que nous sentions qu’il est prêt à se battre pour que son projet réussisse, et ce quel que soit le secteur d’activité, même ceux en difficulté. C’est pour cela que nous avons besoin de rencontrer le porteur de projet, et il faut qu’il fasse preuve de transparence.

Quelles sont vos objectifs pour 2019 ?

Poursuivre l’accompagnement de l’entreprise, améliorer la relation client pour sortir des malentendus. Nous pouvons accroître notre volume de 30 M€ sans que cela pose de problème.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :