À la une

Travail au noir : 2,8 M€ de redressement en Guadeloupe en 2017

Travail au noir : 2,8 M€ de redressement en Guadeloupe en 2017

Jusqu’à présent, cela se passait “sous feuille” et les services des Caisses générales de Sécurité sociale étaient priés de regarder ailleurs. Et bien, les choses ont changé ! La Guadeloupe mai aussi la Martinique sont concernées.

Jusqu’à présent, cela se passait “sous feuille” et les services de la Caisse générale de Sécurité sociale étaient priés de regarder ailleurs. Et bien, les choses ont changé !

Sous la présidence de François Hollande, mais plus encore depuis celle d’Emmanuel Macron, toutes les directions de la CGSS sont priées, chaque mois, de démontrer, au ministère des Affaires sociales et de la Santé, leurs performances en matière de collecte des dettes sociales, d’application des directives en matière de santé au travail… et de lutte contre le travail dissimulé. Les directeurs des Outre-Mer sont soumis aux mêmes contraintes : il n’y a plus de spécificité !

Les Antilles-Guyane ont donc été concernées par la traque nationale menée contre le travail dissimulé. Ainsi, en 2017, ce sont 541 millions de redressements qui ont été opérés dans ce cadre à l’échelle nationale, soit une progression de 70% par rapport à 2014, et près de 2,3 milliards d’euros sur 2013-2017 par le réseau des Urssaf-CGSS qui est l’acteur central de la lutte contre la fraude sociale. Pour y parvenir, la CGSS a amélioré le ciblage de ses contrôles : elle en a mené 58 000 dont 300 en Guadeloupe.

Le BTP, la restauration et le commerce en pôle position !

En Guadeloupe, ce sont 2,8 millions d’euros de redressements qui ont été notifiés en 2017, soit 15,3 millions d’euros entre 2013 et 2017. La lutte contre la fraude sociale est un enjeu majeur pour la pérennité de notre système de protection sociale. En 2017, la CGSS Guadeloupe a encaissé 1,1 milliard d’euros auprès de 79 000 cotisants, mené 970 actions de contrôle auprès des cotisants et accompagné les entreprises en difficulté en accordant 1156 délais de paiements au secteur privé et aux travailleurs indépendants.

En Guadeloupe, 30% des fraudes ont concerné le BTP, 21% la restauration, 15% le commerce.

Les fraudes ont été également découvertes lors d’actions de prévention à 29% dans le commerce, 19% dans le BTP et 16% dans les activités de service.

Les CGSS de la Martinique et de la Guyane n’ont pas encore rendus ces chiffres publiques : cela ne saurait sans doute tarder.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :