Blog de Francette

Se transformer avec ce que l’on a !

Se transformer avec ce que l’on a !

Il y a des rencontres qui sont légères comme de simples conversations et qui pourtant ont un impact durable. L’histoire de la transformation de El Hierro racontée par Gunter Pauli !

Il y a des rencontres qui sont légères comme de simples conversations et qui pourtant ont un impact durable.

Qu’est-ce qui m’a autant bouleversé la semaine dernière  ? C’est ma rencontre avec Gunter Pauli, cet économiste entrepreneur qui a passé trois jours à sillonner nos mornes, après avoir fait le même exercice en Guadeloupe.

Ce n’est pas tant sa belle allure et son merveilleux accès belge, que son discours qui m’a littéralement percuté, particulièrement l’histoire de la transformation qu’il a réussit, en 25 ans, de l’île européenne d’El Hierro.

El Hierro, un caillou des Canaries. Florissante, 30 000 habitants au moment où Christophe Colomb l’a quitté pour découvrir les Amériques. Un lent déclin jusqu’en 1995 où elle ne comptait plus que 5223 habitants exactement.

20 natifs qui changent leur île !

Un groupe de 20 natifs exaspérés par la destruction méthodique de leur île. Un contrat avec Gunter et ses potes scientifiques. Un travail, lent, déterminé mais enthousiaste, une succession de projets enchaînés, frugaux en termes d’endettement, construits en gardant toujours à l’esprit le bien commun et en 2020, El Hierro est devenu un modèle : le plein emploi pour ses 12 800 habitants, la première île au monde en autonomie alimentaire et énergétique, une population en bonne santé qui n’est plus en mode survie, mais qui goûte au plaisir d’un style de vie inclusif qu’elle a choisi !

Des exemples ? El Hierro possède le plus petit abattoir de l’Union européenne et il gagne de l’argent…

Dans quel état est le nôtre déjà, … de plan de continuation en plan de continuation je crois…

Une mer qui est redevenue poissonneuse, à faire pâlir d’envie ses voisins.

Remettre au cause des pratiques

Pourquoi ? Parce que les 40 pêcheurs d’origine ont décidé, convaincus par Gunter Pauli et ses collègues de ne plus pêcher au filet mais uniquement à la canne à pêche ; de ne pas pêcher les femelles gorgées d’œufs et de créer un espace de nursery où la pêche est bannie.

Tous les marins pêcheurs ont accepté de revoir leurs pratiques, et tout cela, sans subventions ! Cela fait 25 ans qu’ils respectent ces règles ! 

En sept ans, en sept ans je vous dis, la ressource a été complètement renouvelée avec en plus des espèces que l’on croyait perdu pour la cause ! Oserons-nous toucher à notre coup de senne qui prélève de si petits poissons ?

El Hierro a sa production de lait et son usine de yaourts et de glaces. Les jeunes sont revenus de Barcelone et de Madrid pour garder les troupeaux, non pas pour être précarisés dans la montage, mais pour avoir un revenu garanti de 80 000€ par an parce que l’usine garanti le paiement du litre de lait 2,60€ ! tout cela bâti sur un nombre de têtes dans les cheptels qui ne varie pas pour ne pas détruire la biodiversité de l’île !

Ou en sommes-nous de nos cheptels ? De moins en moins nombreux je crois… malgré les subventions déversées…

El Hierro produit son vin : 253 producteurs qui récoltent au moins 100kg pour produire 220 000 bouteilles par an. C’est une toute petite production consommée à 70% dans l’île !

Je pourrai citer d’autres exemples.

Ce que je retiens, ce sont les similarités avec la Martinique et la Guadeloupe, aussi bien dans les gestes qui détruisaient El Hierro jusqu’en 1995, que dans la capacité qu’a eu un petit groupe d’habitants d’écrire une autre histoire.

Rechercher les unicités

Pour illustrer son propos très cartésien, Gunter Pauli cite Confucius :

C’est une stratégie de 1000 petits pas, en développant les unicités, pas de petits avantages qui empêchent de réaliser de grandes choses. Il ne s’agit pas d’asservir le client, mais de devenir un fournisseur privilégié et de travailler au comptant !

Pragmatique le gas je vous dis !

Il ne nous manque rien pour réussir ce challenge là !

Je veux bien faire parti des 20 premiers !

A la prochaine fois

Partager cet article :

Suggestion d'articles :