À la une

Distribution en Martinique : le groupe Ho Hio Hen vend l’Hyper du Robert au groupe Hayot

Distribution en Martinique : le groupe Ho Hio Hen vend l’Hyper du Robert au groupe Hayot

L’Autorité de la concurrence vient de donner son feu vert pour le rachat par le groupe Bernard Hayot de l’hypermarché détenu par le groupe Ho Hio Hen au Robert, en Martinique.

L’autorité de la concurrence vient d’autoriser cette transaction sous deux conditions : retour d’une ancienne enseigne “Euromarché”, propriété du groupe Carrefour ; et engagement du groupe Hayot de répartir sans discrimination auprès de toutes les enseignes présentes en Martinique les budgets promotions détenus du fait de son activité également de grossiste.

Nous reproduisons ci-après in extenso, l’avis de l’Autorité de la concurrence donnant son accord pour cette transaction.

Le 20 juin 2018, Groupe Bernard Hayot (« GBH ») a notifié à l’Autorité de la concurrence son projet d’acquisition d’un hypermarché Géant Casino et de sa galerie commerciale, implantés sur la commune du Robert, en Martinique (972).

GBH, un acteur important et intégré de la distribution en Martinique

GBH est présent en Martinique au stade de la distribution de détail à dominante alimentaire, notamment via trois hypermarchés franchisés sous enseigne Carrefour, et au stade de la vente en gros et de l’approvisionnement des grandes et moyennes surfaces de l’île.

Compte tenu des spécificités de fonctionnement des marchés ultramarins, l’Autorité a procédé à un examen attentif de cette opération de concentration, qui permet à un acteur verticalement intégré de se renforcer sur le marché de la distribution de détail à dominante alimentaire en Martinique.

L’Autorité a identifié des problèmes de concurrence que résolvent les engagements proposés par GBH 

Dans le secteur de la distribution de détail à dominante alimentaire en Martinique, GBH exploite trois hypermarchés sous enseigne Carrefour, tous situés à plus de quinze minutes en voiture de l’hypermarché Géant Casino du Robert qu’il rachète. Bien que GBH ne soit pas présent dans une zone de moins de 15 minutes en voiture autour de cet hypermarché, un autre groupe franchisé Carrefour est actif via deux supermarchés à l’enseigne Carrefour MarketSur cette zone de quinze minutes, après l’acquisition du Géant Casino qui passerait sous enseigne Carrefour, la part de marché de l’enseigne Carrefour aurait été particulièrement significative.

GBH exploitera l’hypermarché racheté sous enseigne Euromarché et disposera d’une autonomie commerciale vis-à-vis de Carrefour

Afin de remédier au risque d’atteinte à la concurrence engendré par un tel niveau de parts de marché, GBH s’est engagé à ne pas exploiter l’hypermarché sous une enseigne Carrefour, mais sous l’enseigne Euromarché. Le contrat conclu avec Carrefour, à qui appartient l’enseigne Euromarché, confère une autonomie commerciale à ce magasin, que ce soit en termes d’assortiment de produits ou de politique tarifaire

Cet engagement permettra donc à GBH de concurrencer efficacement, par les prix, la qualité et la variété des produits offerts, les supermarchés Carrefour de la zone, ainsi que les deux autres magasins concurrents exploités sous les enseignes Ecomax et Leader Price.

À l’amont, GBH s’engage, en sa qualité de grossiste-importateur, à allouer sans discrimination les budgets de coopération commerciale entre ses propres magasins et ceux de ses concurrents

Compte tenu des activités de grossiste-importateur de GBH à l’amont, l’Autorité a identifié un autre risque anticoncurrentiel lié à l’accès et à l’allocation des budgets de coopération commerciale1 destinés à ses clients.

GBH, comme la plupart des grossistes-importateurs agissant pour le compte de grandes marques nationales, est chargé de répartir les budgets de coopération commerciale octroyés par les fabricants nationaux entre les différentes enseignes qui distribuent leurs produits. L’Autorité a estimé qu’à la suite de l’opération GBH pourrait être incité à favoriser ses propres magasins, au détriment de ses concurrents, lors de la répartition de ces budgets de coopération commerciale et également être favorisé par l’utilisation d’informations sur les campagnes de promotion préparées par ses concurrents.

Une telle problématique avait été identifiée en 2011, à l’occasion de l’examen d’une précédente acquisition de GBH en Martinique2. Les engagements souscrits en 2011 par GBH pour remédier à ce risque d’atteinte à la concurrence ont toutefois pris fin en 2017. Dans la mesure où cette problématique demeure, l’Autorité considère que des engagements similaires doivent être repris.

Ainsi, GBH s’est engagé à ce que les budgets de coopération commerciale  soient alloués entre les magasins qu’il détient et ceux de ses concurrents, sans discrimination et sur la base de critères commerciaux transparents, objectifs et vérifiables

Une allocation non discriminatoire de ces budgets favorisera leur utilisation pour le financement d’opérations commerciales et l’animation de la concurrence entre les magasins de l’île de la Martinique.

GBH s’est également engagé à exploiter de manière autonome ses activités de grossiste-importateur et ses activités de distribution au détail. En particulier, le groupe s’engage à ce que les informations collectées en sa qualité de grossiste et relatives aux promotions commerciales des distributeurs concurrents ne fassent l’objet d’aucune communication aux entités en charge de la promotion commerciale dans ses magasins, notamment en ce qui concerne le calendrier des promotions, les produits sur lesquels celles-ci portent et leur ampleur.”

Partager cet article :

Suggestion d'articles :