Start-up

Innovations / Recherche développement : Ces start-up guadeloupéennes qu’Emmanuel Macron a adoré !

Innovations / Recherche développement : Ces start-up guadeloupéennes qu’Emmanuel Macron a adoré !

C’est la première fois qu’un président de la République prend le temps de rencontrer des start-up en Guadeloupe !

C’est la première fois qu’un président de la République prend le temps de rencontrer des start-up en Guadeloupe !”, ont tous déclarés les dirigeants des dix-huit start-up qui ont déjeuné avec le président Emmanuel Macron pendant son déplacement. Sans exception, ils ont trouvé les échanges intéressants, avec un Emmanuel Macron surpris d’avoir face à lui des entrepreneurs imaginatifs, réactifs et créatifs dans un environnement qui ne leur est globalement pas favorable.

En effet, tous ont remonté des problèmes de financement, aussi bien à l’amorce que durant les premières années de développement de la société, le temps que la start-up passe à une phase active de vente. Ce qui existe en Guadeloupe est adapté à l’industrie, pas au numérique. Le président a annoncé qu’un fonds spécial pour les Tech outre-mer sera prochainement confié à la BPI.

Si l’accès au statut d’entreprise innovante, au crédit impôt recherche et au crédit innovation fonctionne malgré la lourdeur des démarches administratives, ces fonds nationaux ne sont pas couplés avec du financement de banques privées, ce qui rend difficile le quotidien. Du coup, beaucoup n’hésitent plus à “pitcher” devant des investisseurs caribéens, par exemple lors de la Haïti Tech Summit.

Manque de structure d’accueil

Les dirigeants de ces start-up ont également évoqué le manque de structure pouvant les accueillir, aussi bien au stade de l’incubation qu’à celui de l’accélération.

Autre difficulté cruciale pour toutes, l’accès à des ressources humaines de qualité. Elles sont à la recherche d’ingénieurs, de mathématiciens, de développeurs de bon voire de haut niveau, du personnel qui ne se trouve pas au niveau local. Pour preuve, Pôle Emploi Guadeloupe avait récemment organisé un Job Day pour le secteur : sur 500 candidatures, seules dix étaient dignes d’intérêt. L’université a ici une vraie carte à jouer. le Président a annoncé le renforcement de ses moyens, à la condition que la synergie avec la Martinique soit totale.

La difficulté de la mobilité pour atteindre le marché de la Caraïbe est également une vraie difficulté. Ces dirigeants ont suggéré au Président de faire ses services plancher sur un Pass Mobilité Entrepreneurs.

Quant à la visibilité pour ces jeunes pousses porteuses d’avenir, elle est quasi inexistante : le Salon du numérique organisé en 2017 n’a pas été renouvelé en 2018 par manque de financement. En outre, beaucoup des entreprises qui pourraient acheter leurs services sont des filiales de grands groupes dont les décisions concernant les technologies ne se prennent pas ici. Plus largement, la question de la commercialisation des solutions créées en Guadeloupe, qui peuvent intéresser le monde a été soulevée. Le Président a déclaré souhaiter l’installation de Business France qui aide à l’internationalisation des entreprises françaises.

Ces entrepreneurs regorgent d’idées comme de prévoir un cyber-bus comme celui de la région Guadeloupe qui circule aujourd’hui pour former les séniors au numérique pour éviter leur isolement.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :