Non classé

Image et réalité

L’image que nous nous efforçons de projeter ne correspond pas toujours à la réalité que nous vivons. Nous nous présentons comme de grands voyageurs, engloutissant les distances, feignant de croire que le monde est formaté à nos exigences : les catastrophes qui se succèdent nous ramènent à une autre réalité.

L’image que nous nous efforçons de projeter ne correspond pas toujours à la réalité que nous vivons. Nous nous présentons comme de grands voyageurs, engloutissant les distances, feignant de croire que le monde est formaté à nos exigences : les catastrophes qui se succèdent nous ramènent à une autre réalité.
Nous voulons nous présenter uniquement sous le jour de régions modernes, dynamiques et toniques : les mouvements de grève, toujours trop longs, qui touchent des entreprises et des groupes qui n’ont pas forcément démérité, prouvent qu’il reste encore des coins à visiter, que les institutions représentatives du personnel ne sont pas toujours utilisées comme il le faudrait.
” Avoir des discours sans avoir des actes pour les faire exister conduit à toutes sortes d’extrémismes “, a déclaré Martin Hirsch, président d’Emmaüs, lors de l’Université d’été du Médef. Emmaüs est l’association de soutien aux plus nécessiteux d’entre nous créée par l’Abbé Pierre en 1949 après les ravages de la guerre de 1939-45. ” Une partie du monde ne veut pas que le monde change : il faut créer des espaces où ces peurs puissent s’exprimer “, a complété dans la même enceinte Robert Hossein, créateur de spectacles bien connu qui n’hésite pas à aborder des sujets dérangeants dans ses créations.
Ces déclarations trouvent écho dans nos régions. Nous avons la nécessité de les comprendre, de les intégrer et de les mettre en action plus vite encore que les autres : l’évolution du monde, la nécessaire ouverture de nos régions pour demeurer dans la course et la fragilité intrinsèque de l’entreprise nous obligent à nous débarrasser de nos faux-semblants pour aborder les rives de la réalité.
Cette réalité est simple : nous, entrepreneurs, avons besoin de nos collaborateurs, quelles que soient leurs origines, comme eux ont besoin de nous. Ce sont des femmes et des hommes, adultes, qui ont des aspirations, qui vivent dans le monde et qui sont de mieux en mieux informés. Si nous continuons de croire qu’ils sont autre chose que cela, le réveil se fera toujours à nos dépens.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :