On en parle

Contingents de rhum : un système inadapté

Contingents de rhum : un système inadapté

Contingent de rhum : Un enjeu majeur pour les producteurs de rhum outre-mer. Prochaines négociations sont prévues en 2021.

Les nouvelles négociations annoncées en 2021 pour la nouvelle répartition du contingent de rhum vendu en Europe s’annoncent rudes entre les producteurs des outre-mer, singulièrement de Martinique et de Guadeloupe. Suite à la dernière répartition, la Martinique détient désormais 45 % des quantités, son contingent étant passé de 54 485,54 HAP (9 906 464,82 litres à 55°) à 64 116,88 HAP (11 657 614,50 litres à 55°), soit une augmentation de 17,68 %. Les producteurs de la Guadeloupe ont d’ores et déjà annoncé qu’ils souhaitent une augmentation plus sensible de leurs quantités, ce qui augure de féroces bagarres. Les dernières négociations ont en effet dégradé les relations entre les deux îles : alors que le nouveau contingent a été accordé par l’Europe en octobre 2017, la répartition finale n’est intervenue qu’un an après, période durant laquelle une véritable guerre de tranchées a eu lieu et des propos agressifs ont été échangés entre les acteurs, pourtant en interprofession. Le ministère des Outre-Mer a longtemps refusé de trancher et a fini par le faire pour débloquer la situation et éviter de perdre la face devant l’Union européenne. Les enjeux sont en effet de taille : les producteurs des deux territoires ont fait des investissements importants pour la modernisation de leurs installations en augmentant notamment leurs capacités de vieillissement du rhum, produit le plus demandé sur le marché européen, et se trouvent aujourd’hui à l’étroit dans un système de contingents défini à une autre époque et qui se révèle inadapté au regard de la crise qui touche le sucre depuis l’ouverture du marché européen en 2018.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :