À la une

Bonne année 2016 pour Air Caraïbes

Bonne année 2016 pour Air Caraïbes

Ces bons chiffres attisent les convoitises.

La compagnie vient de publier ses chiffres pour l’année 2016 : 1 395 000 passagers transportés sur le transatlantique et le régional, soit 10% de mieux qu’en 2015. Plus précisément, Air Caraïbes a transporté 990 000 passagers sur ses vols long-courriers en 2016, soit une progression de 9%par rapport à 2015 : la compagnie est désormais le second transporteur sur le transatlantique. Sur le régional, entre la Martinique, la Guadeloupe et Saint-Martin, la compagnie a transporté 123 000 passagers en 2016, en progression de +14% par rapport à 2015. Sur le régional, Air Caraïbes détient désormais 62% de part de marché.

En 2016, la compagnie a donc réalisé 379,8M€ de chiffre d’affaires, soit une progression de 0,3% par rapport 2015. La société a partagé ces bons résultats avec les 900 salariés, soit 5 924€ précisément versé au titre de la participation à chaque collaborateur du pôle aérien. Enfin, une dividende de 5,50€ par action sera versé au 300 salariés actionnaires de la compagnie : c’est mieux que le Livret A !

Des performances remarquables

Derrières ces bonnes performances à faire pâlir, apparaissent les mutations qui touchent le secteur de l’aérien, soulignant sa vulnérabilité.

Tout d’abord, bien que le nombre de passagers transportés soit en forte progression, le chiffre d’affaires ne bondit “que” de 0,3% : ce qui veut dire que si low-cost paye, il ne permet de gagner que si les volumes suivent !

Ensuite, le résultat net de la compagnie est en diminution significative : 16,2M€ en 2016 contre 19,4M€ en 2015. Cette forte contraction démontre que la compagnie n’est pas encore parvenue à mettre totalement ses charges d’exploitation en ligne avec sa nouvelle stratégie low cost.

Les nouveaux A350 et le nouvel ATR plus économes, ainsi que le regroupement de la maintenance en Guadeloupe devraient aider à compresser encore les coûts en 2017.

Le modèle économique choisi par le groupe Dubreuil pour son pôle aérien semble donc fonctionner et lui permet d’envisager d’accélérer son développement, après cette treizième année d’exploitation positive depuis son lancement voilà quatorze ans.

Ces belles performances attirent, notamment Norwegian qui envisage de se positionner sur le transatlantique. Ce qui inquiète : le président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM) vient de l’exprimer, parlant même de “concurrence déloyale de la low-cost norvégienne venue du froid” et appelant à de la saine concurrence.

Partager cet article :

Suggestion d'articles :