Editorial

2020

2020, une année formidable !

2020, une année formidable !

Aux Antilles-Guyane, des problèmes pensés jusqu’alors comme inextricables, trouvent des solutions.

Par touches successives, l’outre-mer dessine son destin économique : après dix années de tergiversations, la reprise de l’ancien site du Kalenda en Martinique semble enfin sur des rails plus prometteurs. Des représentants de grands groupes aux Antilles-Guyane, singulièrement EDF, La Poste, Le Crédit Agricole et Orange, recherchent des entreprises locales capables d’aller jusqu’aux prototypes de solutions informatiques pour les aider à améliorer leurs processus locaux. C’est la reconnaissance que les savoirs venus des maisons-mères ne suffisent plus.

Il y a aussi ces voix qui, de plus en plus, s’élèvent pour dire que la vie chère est aussi, voire surtout, un problème de revenus trop faibles) : est-ce le début de la fin du modèle des travailleurs pauvres outre-mer ?

Il y a encore la société d’assistance maritime Somara qui vient de doter la Martinique d’un Zouti, un bateau capable de récupérer les déchets en mer, mais surtout d’engloutir au large jusqu’à 124m3 par heure de sargasses et de les transformer en jus dispersé dans l’eau. Indiscutablement un outil qui évitera bien des désagréments aux côtes de la Martinique mais aussi à celles des îles voisines. Pour preuve, le Mexique se dote d’un outil similaire. Il y a aussi la télémédecine testée à Marie-Galante, un vrai progrès…

Tranquille détermination

Il reste cependant de nombreux pans à travailler : comment ne pas être touché dans ses entrailles à la vue de forces vives qui brûlent des bus, saccagent des écoles ? Elles paraissent incapables d’un éclair de lucidité, au sommet de la colère, pour se rendre compte qu’elles détruisent là des biens communs, payés en partie par nos impôts, pour permettre au plus grand nombre, dont les plus humbles, d’accéder aux indispensables moyens de déplacement et savoirs qui transforment le monde.

Comment ne comprennent-ils pas qu’il suffit de se détourner, avec une tranquille détermination, de ces temples de la consommation pour les ébranler, voire les faire chuter, au lieu de mettre sa vie en danger pour quelque considération que certains possédants sont, pour l’instant, incapables d’exprimer ? C’est le sort que connaissent plus énormes qu’eux sur le continent, tel le groupe Auchan : les clients se sont simplement détournés d’eux et ils bradent pour ne pas mourir.

2020 sera l’année où démonstration sera faite qu’il existe des démarches plus puissantes que la violence. A ce titre, elle sera formidable !

Partager cet article :

Suggestion d'articles :